De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilEn continuPolitiqueLouise Mushikiwabo à...

Louise Mushikiwabo à Kinshasa : Le Grand Énigme de son Absence aux Jeux de la Francophonie

La Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo, a récemment été au cœur d’une controverse concernant sa présence annoncée aux Jeux de la Francophonie, qui auront lieu à Kinshasa du 28 juillet au 6 août. En effet, au lieu de se rendre personnellement en République Démocratique du Congo pour assister à la 9e édition de cette compétition sportive d’envergure, elle a choisi de se faire représenter par sa numéro deux, Caroline St-Hilaire. Cette décision a suscité des interrogations et des spéculations quant aux raisons réelles de ce revirement.

Le 24 juillet, le ministre de la Communication, Patrick Muyaya, ainsi que le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité, Peter Kazadi, avaient annoncé avec conviction que Louise Mushikiwabo serait présente à Kinshasa pour les Jeux de la Francophonie. Cependant, dès le lendemain, le 25 juillet, la porte-parole de la diplomate rwandaise a catégoriquement démenti cette information, plongeant ainsi les observateurs dans une confusion totale.

Cette absence remarquée de la patronne de l’OIF, qui est pourtant co-organisatrice de l’événement, a soulevé de nombreuses questions. Les déclarations contradictoires des différentes parties prenantes ont alimenté les spéculations quant à la véritable raison de cette décision. Pourquoi Louise Mushikiwabo a-t-elle finalement choisi de ne pas se rendre à Kinshasa, alors que sa présence aurait renforcé les liens entre la RDC et l’organisation qu’elle dirige ?

La question de l’indépendance de l’OIF s’est également posée. Certains ont avancé l’assertion que « L’OIF n’a pas besoin d’invitation ». Cela soulève des interrogations sur le fonctionnement de l’institution et son rôle dans l’organisation d’événements internationaux d’une telle envergure. Est-ce que l’OIF peut décider de sa participation sans être liée à une invitation officielle ? Si tel est le cas, quelles en sont les implications sur le protocole diplomatique et les relations entre la RDC et l’OIF ?

Face à cette situation inhabituelle, de nombreuses spéculations circulent quant aux véritables raisons derrière la décision de Louise Mushikiwabo. Certains évoquent des désaccords politiques ou des considérations de sécurité comme étant à l’origine de ce choix. D’autres estiment qu’il pourrait s’agir d’une stratégie de communication de l’OIF visant à affirmer son indépendance et son autonomie dans la prise de décisions.

Quoi qu’il en soit, c’est Caroline St-Hilaire, la numéro deux de l’OIF, qui prendra part à la délégation représentant l’organisation lors des Jeux de la Francophonie à Kinshasa. Elle aura pour mission de participer activement aux événements sportifs et culturels, tout en renforçant les liens avec les autorités congolaises et les autres délégations présentes. Caroline St-Hilaire devra également faire face aux questions des médias concernant l’absence de Louise Mushikiwabo et clarifier la position de l’OIF sur cette affaire.

En conclusion, l’absence de Louise Mushikiwabo aux Jeux de la Francophonie à Kinshasa a généré de nombreuses interrogations et spéculations. La décision de se faire représenter par Caroline St-Hilaire soulève des questions sur l’indépendance de l’OIF et les possibles enjeux politiques qui pourraient être en jeu. Quoi qu’il en soit, l’OIF aura l’opportunité de démontrer son engagement envers la Francophonie et sa contribution à l’organisation de cette compétition sportive internationale majeure.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.