AccueilA la UneRDC : 3...

RDC : 3 responsables congolais interdits d’entrer aux États-Unis pour des actes présumés de corruption

Le Département d’Etat américain a publié, ce mercredi 16 août 2023, une liste où sont désignées des personnes non grata aux États-Unis dont trois fonctionnaires congolais.

D’après un communiqué de Matthew Miller, porte-parole du Département d’Etat, les congolais Cosma Wilungula, Léonard Muamba, et Augustin Ngumbi sont interdits d’entrer aux États-Unis
en raison de leur implication dans des actes de corruption importants.

Le Département d’État a aussi désigné la femme de Léonard Muamba Kanda, Rose Ngokali, et la femme de Cosma Wilungula, Esther Mwanga Wilungula, comme étant généralement inéligibles à l’entrée aux États-Unis.

« Les États-Unis désignent les personnes suivantes comme étant généralement inéligibles à l’entrée aux États-Unis en raison de leur implication dans des actes de corruption importants : Cosma Wilungula Balongelwa, ancien Directeur général de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN);
Léonard Muamba Kanda, ancien chef de Département de l’Autorité de gestion de la RDC pour la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages en voie d’extinction (CITES) et Directeur de l’ICCN; et Augustin Ngumbi Amuri, Directeur Coordinateur de l’Autorité de gestion de la RDC pour la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages en voie d’extinction (CITES) et conseiller juridique de l’ICCN.
», peut-on lire dans ce communiqué.

Le Département d’Etat américain leur reproche
« d’avoir abusé de leurs postes officiels en s’impliquant dans le trafic de chimpanzés, de gorilles, d’okapi, d’autres espèces sauvages protégées de la RDC, principalement vers la République populaire de Chine, en échange de pots-de-vin ».

D’après la même source, leurs actions criminelles transnationales corrompues ont sapé l’état de droit et la transparence du Gouvernement en RDC ainsi que les efforts de longue date de conservation des espèces sauvages.

« L’action d’aujourd’hui montre que les États-Unis se tiennent aux côtés de ceux en RDC qui s’évertuent de perturber le trafic des espèces sauvages et de préconiser l’obligation de rendre des comptes incombant aux fonctionnaires corrompus et aux criminels transnationaux. », précise le porte-parole du Département d’État américain.

Ces désignations réaffirment également l’engagement des États-Unis à lutter contre la corruption qui est préjudiciable à l’intérêt général, freine la prospérité économique des nations, et entrave la capacité des gouvernements de répondre efficacement aux besoins de leurs peuples.

Ces désignations publiques sont faites selon l’article 7031 (c) du Département d’État, en vertu de la loi de 2023 portant ouverture de crédits en faveur des programmes d’activités à l’étranger et des programmes connexes.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.