AccueilA la UneBataille pour l'Intégrité...

Bataille pour l’Intégrité Électorale : Le rassop enclenche une procédure légale contre la Ceni

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop), dirigé par Joseph Olenghankoy, a interrompu brusquement sa campagne pour la députation nationale, dans un mouvement audacieux. Au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 16 août 2023, le groupe a émis une déclaration retentissante, dénonçant avec une vigueur inébranlable ce qu’il qualifie de « dérive électorale » orchestrée par l’assemblée plénière de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Dans un acte teinté de déception et d’indignation, le Rassop a vertement critiqué les plans de l’assemblée plénière de la Ceni, arguant que cette initiative menace gravement le processus démocratique en cours. Avec un sentiment de préoccupation grandissant, le Rassop souligne l’incompétence manifeste des dirigeants actuels de la Ceni et met en garde contre les conséquences potentielles pour la stabilité nationale.

« Nous assistons, avec une grande consternation, à cette tentative flagrante d’imposer une débâcle électorale orchestrée par l’assemblée plénière de la Ceni, dirigée par monsieur Kadima. Les décisions prises par le bureau de la Ceni sont teintées de mépris pour la législation électorale dans son ensemble. En tant que rassemblement, nous nous interrogeons sur la capacité de cette institution à orchestrer des élections crédibles et sereines dans notre pays. Il est de notre avis que le bureau de monsieur Kadima est en train de pousser notre nation vers des temps troubles, étant donné son manque de respect pour la loi », a affirmé de manière catégorique Bafwafwa Mukangampala, le président de la centrale électorale du Rassop.

Malgré les défis apparents, le Rassop annonce avec détermination qu’il a engagé une procédure devant la Cour constitutionnelle pour contester la décision de la Ceni. « Nous sommes convaincus que la justice à laquelle nous avons fait appel en déposant notre plainte devant la Cour constitutionnelle les encouragera à quitter cette impasse et à renouer humblement avec les principes fondamentaux de la démocratie véritable », a-t-il déclaré.

Et il a continué : « Les autorités de la Ceni agissent avec une mauvaise foi évidente, animées par un désir de nuire et de précipiter le pays dans le chaos. Leur jeu est axé sur l’exclusion totale, et leurs actions visent clairement à affaiblir les partis politiques et les regroupements au profit des candidats indépendants et des partis qui leur sont favorables… ».

Les listes provisoires publiées par la Ceni pour les élections législatives, en attendant l’issue du contentieux, révèlent que 24 295 candidatures ont été déclarées conformes, dont 23 653 sont jugées recevables et 642 irrecevables. Par ailleurs, 66 regroupements politiques ont atteint le seuil de recevabilité, tandis que 51 n’ont pas franchi cette barrière.

Cette situation en constante évolution suscite des interrogations quant à l’avenir du processus électoral et au maintien de la stabilité dans le pays. Alors que le Rassop continue de lutter pour la transparence et la crédibilité du processus, il reste à voir comment la Cour constitutionnelle traitera cette affaire cruciale et quelles en seront les répercussions sur la scène politique nationale.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.