De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilA la UneTension à Goma,...

Tension à Goma, Nord-Kivu, alors que la contestation contre l’état de siège prend de l’ampleur

Goma, Nord-Kivu – La ville de Goma a été le théâtre ce matin d’une montée de tension significative, alors qu’un groupe de jeunes manifestants a exprimé son mécontentement envers l’état de siège en cours. Les rues se sont animées d’une scène mouvementée où certains manifestants, visiblement exaspérés, ont malheureusement cédé à la tentation de vandaliser des biens publics. Les autorités locales sont actuellement engagées dans une opération de dispersion menée par les forces de l’ordre.

Cette manifestation intervient dans un contexte où la population du Nord-Kivu ressent de plus en plus les conséquences de l’état de siège imposé par les autorités. Si l’objectif initial de cette mesure était de restaurer la stabilité dans une région souvent troublée par des conflits armés et des mouvements rebelles, les voix discordantes se font de plus en plus entendre.

La jeunesse, en particulier, se sent concernée par les restrictions imposées par l’état de siège. Les manifestations d’aujourd’hui témoignent du niveau croissant de frustration parmi les jeunes résidents de Goma. Des sources locales rapportent que certaines voix au sein de la jeunesse estiment que leurs perspectives d’avenir sont compromises par cette mesure d’urgence. Les rues agitées de Goma semblent être devenues le lieu où s’exprime leur inquiétude face à ces restrictions.

Malheureusement, la journée de contestation a également été marquée par des actes de vandalisme. Des biens publics ont été délibérément détruits par des manifestants en colère. Ces actes, bien que condamnables, témoignent d’une frustration profonde et d’un sentiment d’impuissance parmi certains segments de la population. Cependant, il est important de noter que la majorité des manifestants se sont engagés de manière pacifique, cherchant à faire entendre leurs voix de manière responsable.

Les autorités locales ont rapidement réagi à la situation en déployant des forces de l’ordre pour maintenir l’ordre public. Des équipes de la police sont actuellement sur le terrain pour disperser les manifestants et rétablir le calme dans la ville. Cette intervention souligne l’importance que les autorités accordent au maintien de la sécurité et de la stabilité dans la région, même face à une contestation grandissante.

Alors que la journée se déroule avec une certaine tension, il est impératif que toutes les parties prenantes se livrent à un dialogue ouvert et constructif. L’expression pacifique des préoccupations de la population est un droit fondamental qui doit être respecté. De même, il incombe aux autorités de répondre de manière sensible aux inquiétudes de la population tout en maintenant l’ordre public.

La situation à Goma reflète un paysage complexe de frustration, d’inquiétude et de revendications. Les manifestations d’aujourd’hui ne sont que le symptôme visible de problèmes plus profonds qui méritent une attention sérieuse. Alors que la journée se poursuit, il est essentiel que la société dans son ensemble œuvre pour trouver des solutions qui répondent aux préoccupations légitimes de la population tout en préservant la paix et la sécurité de la région.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.