De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilTribune libreThierry MONSENEPWO Contre-Attaque...

Thierry MONSENEPWO Contre-Attaque : Une Analyse Profonde de sa Réplique au Rapport de Human Rights Watch

Dans une tribune percutante, Thierry MONSENEPWO, figure éminente de l’Union Sacrée, a vigoureusement réagi au récent rapport de Human Rights Watch concernant les mesures prises par les autorités congolaises à l’approche des élections générales. Cet éditorial propose une exploration détaillée des arguments avancés par MONSENEPWO, mettant en lumière sa perspective critique envers le rapport et les implications pour le pays en cette période cruciale.

Le décryptage minutieux du dernier rapport de Human Rights Watch, signé par le chercheur principal Thomas Fessy, révèle une intention sous-jacente de ternir la réputation des dirigeants congolais. MONSENEPWO, plongeant dans une analyse phénoménologique approfondie, souligne avec véhémence que le rapport ne laisse aucune échappatoire à cette intention présumée.

Le discours de MONSENEPWO ne se contente pas d’une simple critique ; il déconstruit méticuleusement le scénario présenté par le rapport. Selon lui, le texte est habilement conçu pour peindre les autorités congolaises comme des oppresseurs implacables, fermés à toute opposition. Il dénonce cette narration biaisée qui semble encourager un changement de leadership par des moyens révolutionnaires, que ce soit par le biais des urnes ou d’une insurrection populaire.

L’analyse pénétrante de MONSENEPWO souligne la structure téléologique du rapport, qui tente habilement d’établir un lien entre les poursuites judiciaires engagées contre des opposants pour des infractions de droit commun et l’assassinat tragique de l’honorable Chérubin OKENDE. MONSENEPWO, en profond désaccord avec cette ligne de pensée, argumente avec subtilité que les enjeux politiques et les événements tragiques doivent être évalués indépendamment et ne devraient pas être amalgamés de manière simpliste.

Le réplique de MONSENEPWO ne s’arrête pas là ; elle aborde la collaboration du gouvernement avec des experts internationaux pour élucider le crime contre Chérubin OKENDE. Cette démarche, bien qu’élogieuse, semble être reléguée au second plan dans le rapport de Human Rights Watch. MONSENEPWO souligne la malice dans la façon dont les propos du Président de la République à Mbuji-mayi sont présentés, insinuant un biais envers l’opposition.

L’éditorial pointe également du doigt le choix sélectif des politiciens ayant des démêlés judiciaires, qui sont majoritairement des opposants. Cette omission délibérée des proches collaborateurs du Chef de l’État ayant eu des démêlés avec la justice congolaise révèle, selon MONSENEPWO, une partialité dans le rapport.

Dans un souci d’équité et de souveraineté, MONSENEPWO soulève un point de vue intriguant : l’inaction apparente des organisations des droits de l’homme occidentales face aux violations flagrantes dans leurs propres nations. Cette observation amène à réfléchir sur la nécessité pour les Africains de défendre fermement leur souveraineté, tout en évitant une perception de recolonisation mentale.

En conclusion, la réplique de MONSENEPWO incite à une protection collective de l’intégrité des institutions de la République Démocratique du Congo, contre ce qu’il qualifie de propagande visant à fragiliser le pays. L’appel à une approche équilibrée de la justice pour tous, sans distinction d’appartenance politique, et la reconnaissance des avancées de la presse sous l’administration de Félix Tshisekedi, ponctuent la perspective argumentative de MONSENEPWO. Cette tribune offre une vision nuancée et réfléchie de la situation, invitant à un débat approfondi sur les enjeux complexes auxquels fait face le pays à l’approche des élections générales.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.