AccueilAfriqueTentative de coup...

Tentative de coup d’État au Gabon : les militaires abrogent les élections et dissolvent les institutions

Une secousse politique majeure a secoué le paysage gabonais, alors qu’un groupe d’officiers supérieurs de l’armée gabonaise a brusquement fait irruption sur la scène, annonçant avec audace la prise en main du pouvoir. Dans une allocution retransmise sur les ondes de Gabon 24, une chaîne de télévision associée à la présidence, cette faction militaire a déclaré l’annulation des récentes élections générales et la dissolution de l’ensemble des institutions républicaines, allant du gouvernement à l’Assemblée nationale en passant par la Cour constitutionnelle.

Cette annonce surprenante survient à peine quelques heures après l’officialisation de la réélection d’Ali Bongo à la présidence du Gabon. Les résultats, proclamés en plein cœur de la nuit, plaçaient Ali Bongo en tête avec un pourcentage de 64,27% des voix, accordant ainsi à l’actuel chef d’État un troisième mandat de pouvoir. Cependant, ces résultats ont été rapidement contestés par des allégations de fraudes avancées par son adversaire principal, Albert Ondo Ossa, qui s’était autoproclamé vainqueur avant la clôture officielle du scrutin.

C’est dans ce contexte tumultueux que le groupe de militaires a justifié sa prise de pouvoir. Dans un communiqué solennel, ils ont dénoncé la gouvernance actuelle comme étant responsable d’une dégradation constante de la cohésion sociale et présentant un risque imminent de plonger le pays dans le chaos. Les officiers ont affirmé agir au nom d’un « Comité de transition et de restauration des institutions » et ont déclaré la fermeture temporaire des frontières nationales.

La scène de cette annonce était accompagnée d’une ambiance tendue. Des tirs d’armes automatiques résonnaient dans la capitale, Libreville, créant un climat de tension palpable. Les membres de ce groupe hétéroclite de militaires comprenaient des représentants de la garde républicaine, aisément identifiables grâce à leurs bérets verts, ainsi que des membres de l’armée régulière et des forces de police.

Cette tentative de prise de contrôle du pouvoir, bien que dramatiquement imprévue, n’est pas sans précédent dans la région. Les coups d’État ont historiquement marqué l’histoire politique de l’Afrique, soulevant des interrogations quant à la stabilité des transitions démocratiques dans de nombreux pays du continent.

L’annonce soudaine de cette prise de pouvoir soulève également des inquiétudes concernant l’impact sur la population gabonaise et la région environnante. La décision de fermer les frontières, quoique temporaire, pourrait avoir des répercussions économiques et humanitaires majeures, tandis que l’incertitude politique grandissante pourrait potentiellement aggraver les tensions sociales.

La situation reste fluide et complexe, avec des répercussions potentielles à l’échelle nationale et internationale. Les observateurs surveillent de près l’évolution de cette situation et l’issue probable de ce bras de fer entre les forces militaires et les institutions en place. Dans une ère déjà marquée par des enjeux politiques cruciaux, cette secousse inattendue remet en question l’avenir politique du Gabon et souligne la nécessité d’une résolution pacifique pour le bien du pays et de ses citoyens.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Les nouveaux sénateurs du Nord-Kivu exhortés à agir pour la paix dans la province

Les acteurs de la société civile et les organisations de jeunesse du Nord-Kivu attendent des sénateurs fraîchement élus de cette province une prise de position ferme et des actions concrètes pour rétablir la paix...

Reprise des combats entre les FARDC et le M23 à rutshuru

Les affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont repris avec intensité ce lundi 27 mai dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu...

L’ARSP appelle la Gécamines à faciliter la recommandation de plus de 20 entreprises à TFM

Lundi 27 mai, l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a exhorté la GECAMINES à ne pas entraver la recommandation de plus de 20 entreprises à Tenke Fungurume Mining (TFM).