AccueilA la UneCAN 2024 :...

CAN 2024 : Le Soudan dépose une plainte contre la RDC suite à une victoire en demi-teinte

Kinshasa, RD Congo – Dans une atmosphère électrique qui régnait au Stade des Martyrs de Kinshasa, les Léopards de la République Démocratique du Congo (RDC) ont livré une performance remarquable samedi dernier, en s’imposant 2-0 face au Soudan, décrochant ainsi leur précieux billet pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2024. Cependant, cette victoire triomphante a été assombrie par une série d’incidents et de controverses qui pourraient avoir des conséquences juridiques sérieuses pour le pays hôte.

Dès le début de la journée, des signes de perturbations ont émergé lorsque le coup d’envoi du match a été retardé de plus d’une demi-heure, suite à une décision de l’émissaire de la Confédération Africaine de Football (CAF). La cause de ce retard inattendu est attribuée à une mauvaise gestion des autorités congolaises, qui ont autorisé plus de 70 000 personnes à entrer dans le Stade des Martyrs, alors que la CAF avait strictement imposé une capacité maximale de 54 000 places. Cette violation flagrante des règles de la CAF a suscité des inquiétudes et des critiques, jetant un voile d’incertitude sur l’issue du match.

Selon les informations de notre confrère Micky Jnr, journaliste africain de renom, corroborées par plusieurs sources crédibles, le Soudan aurait rapidement porté plainte auprès de la CAF, dénonçant cette infraction aux règles. Un membre du conseil d’administration de la Fédération Soudanaise de Football aurait même présenté des preuves documentées, démontrant que le pays hôte n’était en aucun cas autorisé à dépasser la capacité de 54 000 spectateurs, conformément aux directives strictes de l’instance dirigeante du football africain. Cette violation pourrait potentiellement entraîner de lourdes sanctions à l’encontre de la RDC.

Outre ces problèmes d’organisation, plusieurs débordements et actes de violence ont été signalés après la fin de la rencontre. Des centaines de supporters congolais ont réussi à envahir le terrain, créant un climat de chaos. Des incidents ont éclaté entre les forces de l’ordre et les envahisseurs, mettant en lumière la nécessité d’une sécurité renforcée lors de ces événements sportifs majeurs.

Selon des sources bien informées, la CAF envisage désormais d’ouvrir une enquête approfondie sur les incidents qui ont eu lieu. La RD Congo risque ainsi de lourdes amendes, tandis qu’une sanction sportive semble peu probable. Les supporters congolais, quant à eux, pourraient être confrontés à des mesures disciplinaires.

Malgré ces controverses, les Léopards de la RDC ont réussi à décrocher leur billet pour la CAN 2024 après avoir manqué l’édition 2022, marquant ainsi un moment historique pour le football congolais. Il reste maintenant à voir comment la CAF traitera les infractions alléguées et les incidents survenus lors de ce match tendu.

La République Démocratique du Congo se prépare désormais pour la phase finale de la CAN 2024, où elle espère briller sur la scène continentale. Les supporters congolais garderont un œil attentif sur l’évolution de cette situation controversée, tandis que le monde du football africain attend avec impatience les décisions de la CAF. Restez informés pour les dernières mises à jour sur cette affaire en cours.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.