AccueilA la UneDéfis majeurs :...

Défis majeurs : Jean-Bosco Bahala nommé coordinateur du P-DDRCS en RDC

Kinshasa, République Démocratique du Congo – Jeudi, un nouveau chapitre s’est ouvert dans la quête de paix et de stabilité en République Démocratique du Congo (RDC) avec la nomination de Jean-Bosco Bahala au poste de coordinateur du Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (P-DDRCS). Ancien président du Conseil Supérieur de la Communication et des Médias, Jean-Bosco Bahala prend désormais les rênes de ce programme essentiel, épaulé par Kapuku Bwabwa William, coordinateur national adjoint en charge des questions techniques et opérationnelles, ainsi que par Kayomo bay Sylvie, coordinatrice nationale adjointe chargée des questions administratives et financières.

Cette nomination intervient à la suite du départ de l’ancien coordinateur, Emmanuel Tommy Tambwe Ushindi, en poste depuis août 2021. La nomination d’Emmanuel Tommy Tambwe Ushindi avait suscité la controverse en raison de son passé au sein de groupes armés.

Le P-DDRCS, en tant que service public placé sous l’autorité du président de la République, a pour mission de recevoir des directives présidentielles et de rendre compte de leur mise en œuvre. Il résulte de la fusion du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (PNDDR) et du Programme de Stabilisation et Reconstruction des Zones Sortant des Conflits Armés (STAREC) en République Démocratique du Congo.

L’abbé Jean-Bosco Bahala sera confronté à un défi colossal, alors que le P-DDRCS a récemment dressé un inventaire alarmant des groupes armés actifs dans l’Est de la RDC. Selon les données fournies par son prédécesseur, pas moins de 252 groupes armés locaux et 14 groupes armés étrangers opèrent actuellement dans cinq provinces de l’Est, à savoir l’Ituri, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, le Maniema et le Tanganyika.

Ces groupes armés ne sont pas uniformément répartis entre les provinces. Le Tanganyika compte 19 groupes armés nationaux, sans la présence de groupes étrangers, tandis que le Maniema en recense 20 nationaux, également sans groupes étrangers. Dans le Sud-Kivu, 136 groupes armés locaux et 5 groupes armés étrangers sont actifs, tandis que le Nord-Kivu en compte 64 locaux et 7 étrangers. Enfin, l’Ituri abrite 20 groupes armés locaux et 2 groupes armés étrangers.

Malgré les efforts du P-DDRCS pour établir une cartographie précise de ces groupes armés, le principal défi qui se profile est la mobilisation des ressources nécessaires à la mise en œuvre de ce programme essentiel, visant à désarmer et démobiliser ces milices armées.

Le P-DDRCS sous la direction de Jean-Bosco Bahala est à un tournant critique de son histoire, avec la nécessité de faire face à une situation complexe et volatile dans l’Est de la RDC. La résolution des défis qui se posent nécessitera une approche réfléchie et un engagement déterminé envers la paix et la stabilité dans la région.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Coup d’État avorté en RDC : le récit poignant de l’épouse de Vital Kamerhe

L'attaque survenue le dimanche 19 mai à la résidence du vice-premier ministre sortant de la République démocratique du Congo, Vital Kamerhe, a plongé sa famille dans un cauchemar dont l'issue aurait pu être tragique...

Reprise du trafic sur l’avenue Nguma à Kinshasa : un pas vers la normalisation de la circulation urbaine

Le ministre des Infrastructures, A. Gisaro, a récemment annoncé la reprise du trafic sur certains tronçons de l'avenue Nguma à Kinshasa, à partir du lundi 20 mai. Cette ouverture concerne spécifiquement le rond-point Kintambo

Éliminatoires Mondial : Silas Katompa forfait contre le Sénégal et le Togo

La Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) a récemment annoncé un coup dur pour l'équipe nationale de la RDC. En effet, l'attaquant de Stuttgart, Silas Katompa, ne pourra pas participer aux prochains matchs des éliminatoires de la Coupe du Monde 2026...