AccueilA la UneLa politique de...

La politique de défense en question : Delly Sesanga évoque les errements stratégiques du Gouvernement tshisekedi dans l’Est de la RDC

Kinshasa, 31 octobre 2023 – Dans un récent discours, le leader du parti Envol, Delly Sesanga, a soulevé des préoccupations majeures concernant la politique de défense du gouvernement actuel de Félix Tshisekedi, pointant du doigt des errements stratégiques qui ont aggravé la situation dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Sesanga a vivement critiqué la décision du président sortant de ce qu’il a qualifié de « sous-traiter » la sécurité du pays. Il a fait allusion aux forces de l’East African Community (EAC), aux futures troupes de la Southern African Development Community (SADC), ainsi qu’aux « Wazalendo« , des jeunes résistants patriotes engagés dans les combats contre les rebelles du M23, et à l’armée ougandaise, qui mène des opérations conjointes avec les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) pour traquer les terroristes ADF.

Selon l’opposant, cette approche est un « aveu d’échec de sa propre politique de défense. » Il a également exprimé son désaccord avec le retrait progressif des troupes de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO), prévu pour décembre prochain, en faveur d’un « redimensionnement » des forces onusiennes en RDC. Il a appelé à une « révision » des règles d’engagement et à une « précision des missions » des Casques bleus en RDC pour accompagner l’effort de réforme déjà en cours.

Delly Sesanga a souligné que les « errements stratégiques du gouvernement Tshisekedi, d’un point de vue diplomatique, militaire et politique, ont empiré la situation dans l’Est. » Il a également critiqué le manque de fermeté et de cohérence de la communauté internationale, notamment à l’égard du Rwanda, dans son action de déstabilisation de l’est du Congo. Toutefois, il a rappelé que la sécurité du pays repose en dernier ressort sur les épaules de la RDC elle-même.

L’opposant s’est montré pessimiste quant à l’efficacité des « Wazalendo« , les jeunes résistants, qu’il considère comme une « stratégie court-termiste » impliquant d’anciens membres de groupes armés. Pour lui, cette approche ne peut garantir une paix durable. Pour résoudre durablement les problèmes de l’Est de la RDC, Delly Sesanga insiste sur la nécessité de renforcer les effectifs de l’armée congolaise.

Le candidat du parti Envol à l’élection présidentielle affirme que la véritable responsabilité incombe à la RDC, et il s’engage à consacrer des moyens substantiels à la réforme du sous-secteur sécurité, de la police à l’armée, s’il est élu président.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.