AccueilA la UneÉlections : analyse...

Élections : analyse des procédures de dépouillement par le SYMOCEL

Les élections présidentielle, législatives et municipales qui ont eu lieu le mercredi 20 décembre ont fait l’objet d’une évaluation minutieuse des procédures de dépouillement par le SYMOCEL. Selon les données recueillies, la conformité aux normes électorales a été observée à hauteur de 73 % dans les bureaux de vote, tandis que les incidents notables n’ont représenté qu’une modeste proportion de 17 %.

La SYMOCEL, structure en charge du suivi des élections, a souligné que la rédaction des procès-verbaux a pris en considération non seulement les résultats issus des machines à voter, mais également le comptage manuel. Cette double vérification a été appliquée dans une proportion significative de 89 % des procès-verbaux.

Bien que les élections aient été planifiées pour se dérouler le mercredi 20 décembre, des retards conséquents dans plusieurs bureaux de vote ont prolongé les opérations jusqu’au jeudi suivant. Cette extension du processus électoral a suscité des interrogations et des préoccupations au sein de la population.

« Les procédures de dépouillement jouent un rôle crucial dans l’intégrité du processus électoral. Il est encourageant de constater que, dans une large mesure, ces procédures ont été respectées, bien que des incidents aient été relevés. », a déclaré un représentant du SYMOCEL lors d’une conférence de presse.

L’analyse des résultats électoraux s’est démarquée par une attention particulière portée à la combinaison des données des machines à voter et du comptage manuel. Cette approche vise à renforcer la transparence et la crédibilité du processus électoral, offrant ainsi une double vérification des résultats.

Retards et prolongation des opérations électorales

Les retards constatés dans plusieurs bureaux de vote ont été l’un des points saillants de ces élections. Bien que le processus ait été planifié sur une journée, des circonstances imprévues ont entraîné une extension jusqu’au jour suivant. Ces retards ont suscité des inquiétudes quant à leur impact sur la validité des résultats finaux.

« La prolongation des opérations électorales soulève des questions légitimes concernant l’organisation et la logistique des élections. Il est essentiel que les parties prenantes et le public soient informés de manière transparente sur les raisons de ces retards et sur les mesures prises pour les prévenir à l’avenir. », a souligné un observateur électoral.

En conclusion, bien que les procédures de dépouillement aient été majoritairement respectées, les retards observés ont jeté une lumière critique sur la gestion logistique des élections. L’attention continue portée à ces aspects cruciaux est nécessaire pour renforcer la confiance du public dans le processus électoral.

Manassé Kitemoko kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Les nouveaux sénateurs du Nord-Kivu exhortés à agir pour la paix dans la province

Les acteurs de la société civile et les organisations de jeunesse du Nord-Kivu attendent des sénateurs fraîchement élus de cette province une prise de position ferme et des actions concrètes pour rétablir la paix...

Reprise des combats entre les FARDC et le M23 à rutshuru

Les affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont repris avec intensité ce lundi 27 mai dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu...

L’ARSP appelle la Gécamines à faciliter la recommandation de plus de 20 entreprises à TFM

Lundi 27 mai, l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a exhorté la GECAMINES à ne pas entraver la recommandation de plus de 20 entreprises à Tenke Fungurume Mining (TFM).