Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilA la UneMoïse Katumbi renonce...

Moïse Katumbi renonce à saisir la cour constitutionnelle après des élections contestées en RDC

Dans une déclaration fracassante, Olivier Kamitatu, porte-parole de Moïse Katumbi, a vivement critiqué la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC), la qualifiant de rempart ultime déployé par le régime en place pour renforcer sa position politique. Face à ce constat, Moïse Katumbi a décidé de ne pas engager de recours devant la Cour constitutionnelle concernant les litiges électoraux.

De manière explicite, le porte-parole de Moïse Katumbi a répondu aux appels des ambassades de plusieurs nations, dont l’Allemagne, la Belgique, le Canada, l’Espagne, la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et la République tchèque. Ces ambassades ont conjointement appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue et à exprimer leurs contestations de manière pacifique, en conformité avec les lois et la Constitution de la RDC, pendant la phase de décompte des voix.

Dans une déclaration cinglante, le porte-parole a souligné le caractère contestable des élections, les qualifiant de « plus coûteuses et les plus frauduleuses jamais organisées en République démocratique du Congo ». Il a critiqué les appels en faveur de recours légaux, soulignant que le régime en place avait mis en place une structure officielle de fraude, de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) à la Cour constitutionnelle.

« Recourir à la Cour constitutionnelle ne ferait que blanchir la fraude de Monsieur Kadima et jouerait pleinement son rôle dans l’axe du mal contre des élections justes », a-t-il ajouté. Selon lui, l’appareil électoral actuel est biaisé en faveur de Félix Tshisekedi, avec toutes les instances du processus électoral dirigées par des membres affiliés à la tribu de ce dernier.

Interrogé sur les irrégularités, Denis Kadima Kazadi, président de la CENI, a déclaré qu’une commission avait été mise en place pour examiner les plaintes relatives à la détention des kits électoraux par des particuliers. Une réponse jugée hypocrite par Olivier Kamitatu, qui doute de l’impartialité de cette enquête.

Appelant à l’annulation des élections, Olivier Kamitatu a pointé du doigt le gaspillage financier et l’influence supposée de la Cour constitutionnelle. Il a exhorté la population à se mobiliser en se référant à l’article 64, qui impose à tous les Congolais de contrecarrer toute tentative illégale de prise de pouvoir.

Pendant ce temps, la CENI poursuit la publication des résultats partiels de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo. À l’échelle nationale, la centrale électorale a déjà traité 6 112 456 suffrages exprimés. Selon ces résultats partiels, Félix Tshisekedi arrive en tête avec 78%, suivi de Moïse Katumbi avec 14% et Martin Fayulu avec 4%.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.