AccueilA la UneLa CENCO et...

La CENCO et l’ECC dévoilent un aperçu initial des élections : Regards divergents sur les résultats

Le récent rapport préliminaire de la Mission d’Observation Électorale (MOE) conjointe de la CENCO (Conférence Épiscopale Nationale du Congo) et de l’ECC (Église du Christ au Congo) a suscité des réactions mitigées au sein de la sphère politique congolaise. Sous le titre énigmatique de « La CENCO a cessé de prôner la politique de la terre brûlée, nous pouvons saluer cela, » le document met en lumière une nouvelle approche de la CENCO envers les élections.

Des voix parallèles et un leader émergent

Selon le rapport, la CENCO a utilisé un dispositif de comptage parallèle des voix, révélant qu’un candidat à la présidentielle a obtenu plus de la moitié des suffrages. Bien que le nom du candidat ne soit pas divulgué, la mouvance présidentielle interprète ces données comme convergentes avec celles de la Commission Électorale Nationale Indépendante, plaçant Félix Tshisekedi en tête de la course.

Augustin Kabuya, Secrétaire Général de l’UDPS/Tshisekedi, salue cette évolution de la CENCO. Il exprime son enthousiasme lors d’une conférence de presse, soulignant l’objectivité retrouvée de l’Église face aux élections. Il rappelle également l’histoire politique congolaise, soulignant la rareté de voir un Tshisekedi perdre une élection, tout en évitant de tirer des conclusions hâtives.

La victoire prévisible de Tshisekedi selon l’UDPS/Tshisekedi

Augustin Kabuya, confiant dans la position actuelle de Félix Tshisekedi, évoque la contribution de l’Union sacrée et la présence de décideurs politiques majeurs aux côtés du candidat. Il critique sévèrement les médias pour leur manque de neutralité et conteste les sondages peu crédibles, déclarant que les résultats parlent d’eux-mêmes. Il conclut en insistant sur la forte performance de Tshisekedi, rejetant les prévisions pessimistes.

Réaction de l’opposition : divergences et contestations

Malgré la domination apparente de Tshisekedi dans la publication partielle des résultats, l’opposition rejette catégoriquement ces chiffres. Martin Fayulu dénonce des divergences entre les résultats annoncés et la réalité observée sur le terrain. Moïse Katumbi exprime sa solidarité avec l’opposition et annonce des actions à venir.

Le porte-parole de Moïse Katumbi, Olivier Kamitatu, qualifie la Cour constitutionnelle de dernier rempart du régime actuel, indiquant que Katumbi n’a pas l’intention de recourir à cette instance pour les contentieux électoraux en cours.

Manassé Kitemoko kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Vers une réforme pour mieux encadrer le secteur minier et pétrolier

Face à l'impact croissant de la fraude dans les secteurs minier et pétrolier, le gouvernement congolais envisage des réformes significatives pour sécuriser ses recettes et soutenir les projets de développement. Lors d'une récente réunion, le ministre de l'Économie nationale, Daniel Mukoko Samba, a détaillé les nouvelles stratégies mises en place pour remédier aux pertes financières liées à ces pratiques.

RDC : Interdiction temporaire des importations de bières et boissons gazeuses pour renforcer l’industrie locale

Le gouvernement congolais, par l'intermédiaire du ministre du Commerce extérieur, Julien Paluku, a instauré une interdiction temporaire de l'importation des bières et boissons gazeuses. Cette mesure, effective à partir du 26 juin pour une durée de 12 mois, marque une étape importante dans la politique économique visant à promouvoir la production locale.

Prison centrale de Makala : plus de 15 000 détenus pour une capacité de 1 500

La prison centrale de Makala, située à Kinshasa, est le théâtre de conditions de détention préoccupantes. Conçue pour accueillir 1 500 personnes, elle abrite aujourd'hui plus de 15 000 détenus, une situation qui exacerbe la surpopulation et engendre des...