AccueilA la UneFraude électorale à...

Fraude électorale à Lisala : Pombi Maluku de l’UDEMO traduit en justice

Lisala, le 21 décembre 2023 – Pombi Maluku, ancien député de l’UDEMO, se retrouve une nouvelle fois au cœur d’une controverse électorale, cinq ans après ses agissements peu recommandables en 2018. Accusé de tentative de fraude massive, le candidat du parti de Nzanga Mobutu est cette fois-ci confronté à des preuves évidentes, exposant ses manœuvres illicites visant à altérer le processus démocratique.

Un retour décrié

En 2018, Pombi Maluku avait marqué les esprits en recourant à des pratiques électorales douteuses pour remporter le siège de Lisala ville. En 2023, il semble s’engager sur le même chemin périlleux, comme en témoignent des enregistrements audio compromettants. Ces enregistrements révèlent les dessous d’une stratégie de fraude orchestrée en collaboration avec des agents de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Des habitants de Lisala ont fait part de leur désapprobation face à ces pratiques répétitives, soulignant le rejet massif de Pombi Maluku dans la communauté.

Plainte déposée contre l’UDEMO

Les preuves accablantes ont conduit au dépôt d’une plainte pour fraude électorale devant la Cour de cassation de Lisala. Trois agents de la CENI, Guylain Egbula, Prophète Bokela, et Claude Ebanga, ont refusé de participer à la manipulation des résultats électoraux malgré les incitations de Pombi Maluku. Ces agents ont enregistré les échanges, ajoutant ainsi un élément crucial au dossier.

Dans l’enregistrement, Pombi Maluku se vante de ses succès passés grâce à la fraude électorale et admet avoir acquis plus de 1000 cartes d’électeur pour influencer le scrutin en sa faveur. Cependant, la vigilance citoyenne a entravé ses plans, et son beau-père a été arrêté en possession de 500 cartes d’électeur et d’une importante somme d’argent.

Recours à la violence

Pris en flagrant délit, Pombi Maluku a adopté une tactique désespérée en recrutant des individus violents (kulunas) pour semer la terreur. Des actes de violence ont été signalés, visant les équipes de campagne des adversaires de l’UDEMO. En outre, des supports de campagne ont été vandalisés par ce groupe, jetant un voile d’ombre sur le processus électoral.

Contacté à l’étranger, Sakombi Molendo Aimé, initiateur de la plainte, exprime sa confiance dans le processus électoral, soulignant détenir toutes les procès-verbaux nécessaires. Il appelle à la justice et à l’intervention de la CENI pour faire face aux fraudeurs et à leurs complices politiques.

Molendo Sakombi, l’élu de Lisala

En réaction à ces événements, Molendo Sakombi émerge comme le choix préféré des habitants de Lisala. Le député, connu pour ses initiatives locales, incarne un renouveau attendu depuis longtemps dans la ville de la Mongala. Sa campagne active et son engagement palpable ont séduit la population, qui a massivement exprimé son soutien lors du scrutin.

Des voix s’élèvent désormais pour réclamer justice en faveur de Molendo Sakombi et exiger une enquête approfondie sur les allégations de fraude électorale. La société civile locale appelle à la préservation de la transparence et de l’intégrité du processus électoral afin d’assurer une représentation démocratique et légitime de Lisala à l’hémicycle.

Par Manassé Kitemoko kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...