RDC : en 2022, la détermination du gouvernement n’a pas suffit pour relancer la MIBA

L’année 2022 terminée et l’année 2023 le remplace. Mais la société minière de Bakwanga est toujours en faillite, ce malgré les bonnes intentions affichées par le gouvernement Sama Lukonde.

La détermination du gouvernement de la République démocratique du Congo n’a pas été suffisant pour redonner vie à cette entreprise qui a fait, autrefois, le bonheur de l’économie congolaise.

161 millions USD attendus pour l’année 2023

Après son séjour dans la province du Kasaï , le chef du gouvernement congolais Sama Lukonde avait tablé sur la mise en place d’un Plan global de relance de la MIBA estimé à plus de 161 millions USD.

« En ce qui concerne la relance de la MIBA, je me suis imprégné moi-même de la vétusté de son outil de production lors de mon dernier séjour à Mbuji-Mayi. La vision du Gouvernement pour cette entreprise, comme pour les autres entreprises publiques du secteur minier, c’est d’en faire une nouvelle société industrielle moderne et rentable. Un plan de relance existe à cet effet, d’un cout global estimé à 161.725.822 USD, dont 35.315.469 USD pour la première phase. Ce n’est donc pas en injectant 20 ou 50 millions que tous les problèmes de la Miba seront résolus », a déclaré Sama Lukonde, le lundi 1er novembre faisant sa réplique par rapport aux préoccupations soulevées par les députés nationaux sur le Budget 2023.

A LIRE  Félix Tshisekedi appelle à une réflexion profonde sur le franc congolais

Plusieurs observateurs restent pessimistes face à cette unième promesse du gouvernement congolais lorsqu’on sait comment les autres projets déjà lancé, notamment le projet de 145 territoires ne donne toujours pas des résultats satisfaisants alors que plusieurs millions USD ont été déjà décaissé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.