AccueilA la UneDivision et Discrimination...

Division et Discrimination dans l’Opposition : Le Tribalisme à l’Épreuve avec Mike Mukebayi et Daniel Safu

L’interpellation récente de Salomon Kalonda, conseiller spécial de Moïse Katumbi, a mis en lumière les pratiques tribales au sein de l’opposition congolaise. Alors que tous les leaders de l’opposition ont élevé la voix pour dénoncer cette interpellation, il est important de souligner leur hypocrisie et leur pratique tribale, qui se manifeste principalement à l’encontre des Luba. Il est temps de dénoncer cette double norme et de remettre en question leur silence concernant Mike Mukebay et Daniel Safu.

La condamnation des leaders de l’opposition

Les leaders de l’opposition, censés être les défenseurs de la démocratie et de l’égalité, ont rapidement réagi à l’interpellation de Salomon Kalonda. Ils ont qualifié cet acte d’injuste et ont dénoncé une violation de l’État de droit. Pourtant, il est frappant de constater que cette indignation sélective ne se manifeste que lorsque leurs intérêts tribaux sont en jeu.

Une pratique tribale envers les Luba

Mike Mukebay et Daniel Safu, tous deux membres de l’opposition, ont également été l’objet d’interpellations, mais curieusement, aucun des leaders de l’opposition n’a élevé la voix pour dénoncer ces actes. Il est évident que la pratique tribale est à l’œuvre ici, avec une nette préférence pour les membres de la communauté Lubas.

Un double standard inacceptable

Ce double standard au sein de l’opposition congolaise est inacceptable et doit être condamné. Les leaders de l’opposition ne peuvent pas prétendre défendre la justice et l’égalité tout en fermant les yeux sur les injustices commises à l’encontre de certains membres de leur propre camp. Il est temps de mettre fin à cette hypocrisie et de s’engager véritablement pour une opposition fondée sur des principes démocratiques.

Le silence assourdissant concernant Mike Mukebay et Daniel Safu

Le manque de réaction de la part des leaders de l’opposition face aux interpellations de Mike Mukebay et Daniel Safu est troublant. Ces silences révèlent une pratique tribale profondément enracinée au sein de l’opposition congolaise. Il est temps de briser ce cycle et de mettre fin à cette discrimination basée sur l’origine tribale.

Il est essentiel de souligner que l’interpellation de Salomon Kalonda et les interpellations de Mike Mukebay et Daniel Safu sont toutes des actes injustes qui ne devraient pas être tolérés. L’opposition a la responsabilité de défendre les droits de tous ses membres, indépendamment de leur appartenance tribale. Se taire face aux injustices commises contre certains membres de l’opposition est un affront aux principes fondamentaux de la démocratie et de l’égalité.

En conclusion, il est temps de dénoncer les pratiques tribales au sein de l’opposition congolaise. Les leaders de l’opposition doivent se montrer cohérents dans leur défense de la justice et de l’égalité en condamnant toutes les interpellations injustes, sans distinction tribale. Il est temps de mettre fin à l’hypocrisie et de faire preuve d’un véritable engagement envers les principes démocratiques. Le Congo a besoin d’une opposition unie, solidaire et déterminée à défendre les droits de tous les Congolais, quelles que soient leurs origines tribales.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.