AccueilA la UneDiplomatie en ébullition...

Diplomatie en ébullition : Conflit autour des propos « anti-Tutsi » en RDC secoue Rose Mutombo et Jean-Marc Châtaigner !

La ministre de la Justice, Rose Mutombo, a récemment adressé une correspondance à l’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Jean-Marc Châtaigner, adoptant une position ferme et sans ambages. Dans cette missive datée du 24 juillet, la ministre n’a pas mâché ses mots, exprimant son indignation quant à la posture du diplomate européen qui, selon elle, semble privilégier la communauté Tutsi/Banyamulenge au détriment des Congolais victimes des exactions commises par l’armée rwandaise et ses alliés du M23.

Le conflit diplomatique remonte au 17 juillet, lorsque Jean-Marc Châtaigner avait sollicité l’intervention de Rose Mutombo après des déclarations jugées haineuses de Justin Bitakwira, ancien ministre du Développement rural, à l’égard de la communauté Tutsi congolaise lors d’une émission télévisée.

Face à ces accusations, la garde des Sceaux a tenu à rappeler à l’ambassadeur européen l’importance du devoir de réserve dans ses propos et actions. Elle l’a également incité à consulter en priorité le vice-premier ministre des Affaires étrangères et Francophonie pour toute question d’ordre diplomatique.

Il convient de noter que les déclarations controversées de Justin Bitakwira lors de l’interview télévisée avaient suscité un vif émoi. En qualifiant les Tutsis de « criminels » et en évoquant de manière discriminatoire leur supposée méchanceté, l’ancien ministre avait alimenté les tensions déjà présentes au sein de la société congolaise.

Face à ce contexte délicat, la réaction de la ministre de la Justice reflète l’importance accordée à la préservation de la paix sociale et à la lutte contre toute forme de discours haineux ou stigmatisants. Elle insiste sur la nécessité de protéger tous les citoyens congolais, sans distinction ethnique, et appelle à un dialogue constructif et respectueux entre les différentes communautés.

Ce différend entre la ministre de la Justice et l’ambassadeur de l’UE soulève des questions plus larges sur les enjeux diplomatiques et les défis auxquels la République démocratique du Congo est confrontée. La situation appelle à une diplomatie plus subtile et à une coopération internationale renforcée pour favoriser la stabilité et le développement durable dans la région.

L’incident diplomatique entre la ministre Rose Mutombo et l’ambassadeur Jean-Marc Châtaigner met en lumière les tensions ethniques et politiques présentes en RDC. Tout en soulignant l’importance du respect des normes diplomatiques, cette situation appelle à une réflexion plus approfondie sur les moyens de promouvoir la paix, la justice et l’unité nationale dans le pays.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.