Révélation d’une fraude de...

L'Autorité de Régulation des Sous-traitances Publiques (ARSP) a récemment mis à jour un réseau de prête-noms orchestrant une fraude évaluée à 535 millions de dollars américains...

Isangi face aux défis...

Le débordement récent du fleuve Congo et de ses affluents a plongé les communautés de Basoko, Isangi et Yahuma, dans la province de Tshopo, dans une crise humanitaire grave. Les inondations ont non seulement détruit des habitations mais ont également submergé

Décisions imminentes de la...

Ce jeudi, la Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo est sur le point de rendre des décisions cruciales concernant les élections législatives nationales. Leur verdict, attendu le 18 avril

La Belgique renforce son...

La Belgique a réaffirmé son engagement à soutenir la République Démocratique du Congo (RDC) dans ses efforts pour restaurer la paix dans la région tumultueuse de l'Est du pays. L'ambassadrice belge en RDC, Roxane de Bilderling
AccueilA la UneDes chefs de...

Des chefs de guerre au gouvernement congolais : le Dr Denis Mukwege tire la sonnette d’alarme

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, est critiqué par le célèbre défenseur des droits humains, le Dr Denis Mukwege. Ce dernier dénonce les nominations controversées effectuées lors du dernier remaniement ministériel en mars 2023.

Le Dr Denis Mukwege pointe du doigt le choix de Félix Tshisekedi de nommer deux anciens chefs de guerre aux postes de Ministre et Vice-Premier Ministre. Ces nominations ont suscité de vives réactions de la part de la société civile et des défenseurs des droits humains, qui soulignent les antécédents violents de ces personnalités.

Mais ce n’est pas la première fois que le Président Tshisekedi suscite la controverse avec ses choix de nominations. En effet, il y a deux ans, le 7 août 2021, il avait déjà nommé un ancien cadre du Rassemblement Congolais pour la Démocratie, qui était également à la tête d’une milice, l’Alliance de Libération de l’Est du Congo (ALEC), proche du M23 et du Rwanda, au poste de coordinateur national du Programme National de Démobilisation, Désarmement, Relèvement communautaire et Stabilisation (PDDRC-SS).

Ces décisions ont soulevé des inquiétudes quant à leur impact sur la sécurité et la stabilité de la région, en particulier compte tenu des antécédents violents de ces personnalités nommées à des postes clés du gouvernement.

La nomination de chefs de guerre au sein du gouvernement suscite également des interrogations quant à la crédibilité et à l’engagement du gouvernement envers la démocratie et les droits de l’homme. Pour de nombreux observateurs, ces nominations pourraient compromettre les efforts visant à instaurer une paix durable dans la région et à promouvoir la réconciliation entre les différentes communautés.

En réaction à ces critiques, le Président Tshisekedi a affirmé que ces nominations étaient nécessaires pour assurer une représentation équitable de tous les groupes politiques et ethniques au sein du gouvernement. Cependant, cette justification n’a pas convaincu ses détracteurs, qui considèrent que ces nominations envoient un message négatif aux victimes des conflits passés et aux défenseurs des droits humains.

Cette situation soulève de nombreuses questions quant à la politique de nomination du Président Tshisekedi et à son engagement envers la stabilité et la démocratie en RDC. La société civile et les observateurs internationaux surveillent de près l’évolution de la situation et appellent à plus de transparence et de responsabilité dans les choix de nomination au sein du gouvernement congolais.

Il est essentiel que le processus de nomination des responsables politiques et gouvernementaux en RDC respecte les principes démocratiques et garantisse la promotion des droits de l’homme et de la paix dans la région. La situation actuelle met en évidence l’importance de préserver l’intégrité des institutions gouvernementales et de s’assurer que les nominations se font sur la base du mérite et du respect des valeurs démocratiques.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Révélation d’une fraude de 535 millions USD impliquant des sous-traitants dans le secteur minier en RDC

L'Autorité de Régulation des Sous-traitances Publiques (ARSP) a récemment mis à jour un réseau de prête-noms orchestrant une fraude évaluée à 535 millions de dollars américains...

Isangi face aux défis des inondations : appel urgent à l’action gouvernementale

Le débordement récent du fleuve Congo et de ses affluents a plongé les communautés de Basoko, Isangi et Yahuma, dans la province de Tshopo, dans une crise humanitaire grave. Les inondations ont non seulement détruit des habitations mais ont également submergé

Décisions imminentes de la Cour Constitutionnelle sur les législatives du 18 Avril

Ce jeudi, la Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo est sur le point de rendre des décisions cruciales concernant les élections législatives nationales. Leur verdict, attendu le 18 avril