Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilA la UneLa RDC Réfute...

La RDC Réfute catégoriquement les allégations de violations des Droits Humains : Un éclairage approfondi

Par Manasse Kitemoko , Journaliste en Droits Humains

Kinshasa, le 24 août 2023 – Dans une réaction sans équivoque, le gouvernement de la République Démocratique du Congo a vivement réfuté les allégations portées par l’ONG Human Rights Watch le 22 août dernier, remettant en question les prétendues violations des droits humains et la répression présumée à l’encontre de l’opposition politique.

Avec une détermination inébranlable, le gouvernement congolais accorde une priorité absolue à la protection des droits humains ainsi qu’aux idéaux démocratiques qu’ils sous-tendent. La date cruciale des élections, fixée au 20 décembre, incarne la volonté farouche de garantir des processus électoraux d’une transparence irréprochable et d’une impartialité incontestée. En partenariat étroit avec les acteurs internationaux et régionaux, la RDC œuvre résolument pour assurer une conduite conforme aux normes internationales lors des futures échéances électorales.

Le gouvernement se dresse avec fermeté face à l’accusation insistante de cibler l’opposition politique, présentée par Human Rights Watch. Les mesures prises par les autorités visent avant tout à maintenir l’ordre public, à assurer la sécurité des citoyens et à prévenir toute manifestation de violence. Il est essentiel de mettre en exergue le fait que les opérations des forces de sécurité se conforment tant aux lois nationales qu’aux protocoles internationaux régissant le maintien de l’ordre. La RDC rejette catégoriquement les allégations de restreindre les libertés fondamentales, d’effectuer des arrestations arbitraires et d’intimider la population. De surcroît, il convient d’attirer l’attention sur les multiples actes de violence dirigés à l’encontre de nos forces de police, des agressions qui n’ont pas trouvé d’écho ni auprès de l’opposition ni au sein de Human Rights Watch.

En réponse aux cas spécifiques évoqués par Human Rights Watch, le Gouvernement souligne la pertinence des actions prises pour des raisons de sécurité et de maintien de l’ordre public. Les mesures prises à l’encontre de certains individus reposent sur des informations crédibles et des preuves tangibles. Toutes les allégations de violations des droits humains font l’objet d’enquêtes minutieuses et transparentes. Les individus présumés responsables de comportements répréhensibles seront tenus pour responsables devant la justice, indépendamment de leur statut ou de leur affiliation politique.

La démocratie s’épanouit grâce au respect des règles et non par le recours à la violence. La stratégie adoptée par une partie de l’opposition, visant à discréditer le processus électoral, ne saurait prévaloir. Nous garantissons que les élections se dérouleront dans un climat apaisé, permettant ainsi au peuple congolais de choisir librement son dirigeant. Les revendications démocratiques sont certes légitimes, mais elles doivent s’exercer dans le respect des normes établies, sans compromettre l’intégrité de nos concitoyens.

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo reconnaît la valeur du travail accompli par l’ONG Human Rights Watch en tant que défenseur des droits humains. Les responsables de cette organisation sont conviés à un dialogue constructif avec les autorités. L’échange d’informations permettra de répondre aux préoccupations et de renforcer les efforts conjoints en faveur de la démocratie et des droits fondamentaux.

Il ressort clairement de cette réaction gouvernementale une volonté de transparence, de respect des droits humains et d’engagement envers le processus démocratique. La RDC s’engage à poursuivre ces efforts pour garantir un avenir où les droits de chaque citoyen sont préservés et respectés.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.