AccueilA la UneDenis Mukwege fustige...

Denis Mukwege fustige un accord controversé entre la RDC et Primera Gold

Le lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2018, le Docteur Denis Mukwege, a vivement exprimé sa réprobation envers l’accord récemment conclu entre la République Démocratique du Congo (RDC) et la société Primera Gold. Lors d’une conférence captivante orchestrée par la jeunesse catholique à Bukavu, le dimanche 26 août 2023, le Dr Mukwege a abordé avec une conviction indéniable le sujet de la spoliation présumée des précieuses ressources nationales.

Devant un auditoire jeune et attentif, le Dr Mukwege a soulevé ce qu’il perçoit comme un acte de captation flagrant des richesses nationales. « Une députée locale avait sonné l’alarme au sujet d’une société qui, avec une mise de seulement 20 000 dollars, s’octroyait le monopole sur les gisements d’or du Kivu. Ironiquement, en collusion avec les hautes instances de notre pays, cette société serait en train de priver la population congolaise d’une somme vertigineuse de 500 millions de dollars chaque mois. »

De plus, le Dr Mukwege n’a pas manqué de souligner les enjeux internationaux en questionnant les motivations des Émirats Arabes Unis dans cette affaire. « Ils disposent de leurs réserves de pétrole, alors pourquoi se tourneraient-ils vers nous pour dérober 500 millions de dollars mensuels aux Congolais ? » Il a poursuivi en exprimant avec une forte émotion son indignation face à une situation qu’il estime aggraver le dénuement de la population congolaise.

Appelant à l’action, le Dr Mukwege a exhorté les citoyens à s’unir dans des marches de protestation pour dénoncer cette exploitation. « Organisons-nous. Si 10 000 jeunes se dressent contre Primera, imaginez l’onde de choc que cela engendrera ! »

Plusieurs acteurs de l’industrie minière ont été appréhendés et d’autres sont convoqués à comparaître devant les tribunaux. Pour le Dr Denis Mukwege, cela constitue une démarche inadmissible, surtout que l’exploitation artisanale possède un statut légal en RDC.

Au sein de l’hémicycle, le député national Alfred Maisha a interpelé trois membres du gouvernement concernant les modalités de cet accord. Cette initiative fait suite au refus d’inaugurer la raffinerie Congo Gold et aux fouilles systématiques des opérateurs miniers dans la province.

Les performances remarquables de Primera Gold ne peuvent être niées. La société a exporté plus de 3 000 kilos d’or en à peine six mois, représentant une valeur de 190 millions de dollars. La société justifie ces chiffres en évoquant la modernisation de son système d’achat et de vente, ainsi que sa lutte acharnée contre la fraude minière.

Cependant, la société civile, notamment l’organisation « Le Congo n’est pas à vendre » (CNPAV), soulève des questions pertinentes et exige davantage de transparence quant aux avantages effectifs octroyés à Primera Gold. De son côté, le député Maisha dénonce le déséquilibre apparent dans le partenariat entre la RDC et Primera.

En réponse à ces critiques, le gouvernement, par le biais de Nicolas Kazadi, Ministre des Finances, a défendu l’accord en le présentant comme une stratégie économique vitale pour la RDC.

La situation génère une montée de tension à travers le pays, et il est évident que les semaines à venir joueront un rôle décisif dans la détermination des relations futures entre les géants miniers internationaux, le gouvernement congolais et la population de la RDC.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Vers une réforme pour mieux encadrer le secteur minier et pétrolier

Face à l'impact croissant de la fraude dans les secteurs minier et pétrolier, le gouvernement congolais envisage des réformes significatives pour sécuriser ses recettes et soutenir les projets de développement. Lors d'une récente réunion, le ministre de l'Économie nationale, Daniel Mukoko Samba, a détaillé les nouvelles stratégies mises en place pour remédier aux pertes financières liées à ces pratiques.

RDC : Interdiction temporaire des importations de bières et boissons gazeuses pour renforcer l’industrie locale

Le gouvernement congolais, par l'intermédiaire du ministre du Commerce extérieur, Julien Paluku, a instauré une interdiction temporaire de l'importation des bières et boissons gazeuses. Cette mesure, effective à partir du 26 juin pour une durée de 12 mois, marque une étape importante dans la politique économique visant à promouvoir la production locale.

Prison centrale de Makala : plus de 15 000 détenus pour une capacité de 1 500

La prison centrale de Makala, située à Kinshasa, est le théâtre de conditions de détention préoccupantes. Conçue pour accueillir 1 500 personnes, elle abrite aujourd'hui plus de 15 000 détenus, une situation qui exacerbe la surpopulation et engendre des...