AccueilA la UneLe débat sur...

Le débat sur le budget des Jeux de la francophonie : Nicolas Kazadi et Isidore Kwandja en désaccord

Par Manassé Kitemoko Kosi

La controverse persiste autour du budget des Jeux de la Francophonie, opposant le ministre des finances Nicolas Kazadi à Isidore Kwandja. Une querelle qui a récemment éclaté à la lumière publique, soulevant des questions concernant la transparence des dépenses pour cet événement international majeur.

Selon les déclarations de Nicolas Kazadi, le budget initial alloué aux Jeux de la Francophonie était estimé à 48 millions de dollars. Cependant, au fil du temps, cette somme aurait explosé de manière spectaculaire pour atteindre un montant colossal de 324 millions de dollars. Une augmentation qui suscite des interrogations quant à la gestion des finances de l’événement et la justification de cette augmentation considérable.

De son côté, Isidore Kwandja, qui est au cœur de cette polémique en tant que président du comité de pilotage des Jeux de la Francophonie, conteste fermement les informations selon lesquelles l’événement aurait coûté la somme faramineuse de 324 millions de dollars. Il a tenu à préciser que le budget initial, approuvé conjointement par le comité de pilotage et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), s’élevait à 66,9 millions d’euros. Ce montant, selon Kwandja, n’a pas encore été intégralement versé, suggérant ainsi que la somme de 324 millions de dollars est exagérée.

Cette divergence d’opinions entre les deux personnalités importantes dans la réalisation des Jeux de la Francophonie a suscité des préoccupations au sein de l’opinion publique, ainsi que parmi les acteurs et observateurs de cet événement. La transparence et la gestion financière des ressources allouées à un tel événement international revêtent une importance cruciale pour s’assurer que les deniers publics sont utilisés de manière responsable et efficiente.

Le débat autour du budget des Jeux de la Francophonie reste donc ouvert, et il incombe aux autorités compétentes de fournir des clarifications et des informations transparentes pour éclaircir cette situation. Le souci principal réside dans la nécessité de garantir que les fonds alloués à un événement de cette envergure soient gérés avec rigueur et transparence, afin de préserver la confiance du public et de toutes les parties prenantes impliquées.

Par Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.