AccueilA la UneHervé Diakiese de...

Hervé Diakiese de Ensemble pour la République réfute toute implication dans les actes d’intolérance post-électorale au Katanga

Kinshasa, RDC – Hervé Diakiese, porte-parole du parti politique Ensemble pour la République, a vivement rejeté toute implication de son parti dans les récents actes de violence et de vandalisme signalés dans certaines régions du grand Katanga, suite à la réélection de Félix Tshisekedi selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) le 20 décembre dernier.

Lors d’une conférence de presse commune de l’opposition à Kinshasa ce samedi, Diakiese a déclaré que son parti était davantage victime d’actes d’intolérance et d’acharnement depuis plusieurs mois, tout au long du processus électoral. Il a souligné les lourdes pertes subies par Ensemble pour la République au nom de la démocratie, citant des incidents tels que le décès de Cherubin Okende, prédécesseur de Diakiese, et l’agression de Moise Katumbi et de ses partisans à Moanda.

« Notre parti a payé un lourd tribut pour la démocratie. Cherubin Okende, mon prédécesseur, est encore à la morgue. Pendant la campagne,… notre cadre a été tué. À Moanda, Moise Katumbi et nos militants ont fait l’objet d’agression. Son conseiller spécial est en prison pour des raisons totalement fausses. Mike Mukebayi, un autre proche de Moise Katumbi, croupit en prison », a déclaré Hervé Diakiese.

Le porte-parole a également abordé l’incident récent à Kashobwe, où le siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a été vandalisé par des jeunes. Si certains observateurs ont qualifié cet acte de représailles par rapport aux événements similaires à Mbuji-Mayi, Diakiese a rejeté cette interprétation.

« A Kashobwe, c’était la révolte de la population. Les militants d’Ensemble n’étaient pas concernés. Un habitant a été arbitrairement arrêté par la police sous prétexte qu’il aurait proféré des insultes à l’endroit du chef de l’État. Et la population a réagi par la destruction du siège de l’UDPS », a-t-il précisé.

Diakiese a également souligné que tout acte de violence fondé sur le tribalisme dans le grand Katanga n’implique ni Moïse Katumbi ni son parti. Les organisations de défense des droits de l’homme, dont l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), ont exhorté les autorités et les acteurs politiques à œuvrer ensemble pour le maintien de la paix et de la cohésion nationale pendant tout le processus électoral en RDC.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.