Des remerciements depuis la...

Suite à une maladie non divulguée, Salomon Idi Kalonda, éminent conseiller spécial de Moise Katumbi et figure de l'opposition, a manifesté sa reconnaissance envers les personnes qui ont contribué à son évacuation sanitaire vers la Belgique

Attaques de CODECO en...

La province de l'Ituri reste une zone de conflit actif, particulièrement touchée par les activités de la milice CODECO. Dernièrement, une série d'attaques brutales a conduit à la mort d'au moins 16 civils, dont un chef de village, dans le secteur des Banyali Kilo.

Diplomates de l’ONU et...

Le Nord-Kivu, région souvent éclipsée sur la scène internationale, se trouve au cœur d'une mission diplomatique prioritaire cette semaine, avec l'arrivée à Goma d'une importante délégation comprenant des représentants de seize États membres de l'ONU

Affaire Bukanga-Lonzo : Détournement...

Le report du procès concernant le détournement présumé des fonds du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo au 22 juillet 2024, annoncé lors de l'audience du 18 avril par la Cour constitutionnelle...
AccueilA la UneLe Burundi accuse...

Le Burundi accuse le Rwanda de soutenir des actes de violence sur son territoire

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L’incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara, qualifié de terroriste par les autorités burundaises.

L’assaut a tragiquement frappé une famille en deuil, entraînant la mort de neuf personnes, dont six femmes et un militaire intervenant en secours. En outre, cinq autres individus ont été blessés, et des dégâts matériels considérables ont été rapportés, incluant des véhicules incendiés et des biens vandalisés.

Le secrétaire général de l’État, Jérôme Niyonzima, a vigoureusement condamné cette attaque, la qualifiant d’acte lâche contre des civils innocents. Il a également pointé du doigt le Rwanda, l’accusant de soutenir le groupe Red Tabara, responsable de l’attaque.

Le mouvement Red Tabara a revendiqué la responsabilité de cette attaque, affirmant poursuivre son combat jusqu’à l’ouverture de négociations inclusives visant à instaurer une paix durable au Burundi. Cette déclaration souligne la complexité de la situation, où les revendications politiques se mêlent à la violence.

Le Burundi a réitéré ses accusations envers le Rwanda, déplorant son rôle présumé dans l’entraînement et l’armement de Red Tabara. Le gouvernement burundais a exigé l’extradition des leaders du groupe, qu’il affirme être hébergés au Rwanda, une demande qui souligne l’ampleur des tensions entre les deux pays.

En réponse à cette menace persistante, les autorités burundaises ont appelé à une vigilance accrue et à une coopération renforcée au sein des comités mixtes de sécurité, dans le but de prévenir de futures attaques.

Cet incident marque la deuxième attaque attribuée à Red Tabara depuis le début de l’année, après un assaut en janvier qui a coûté la vie à 20 personnes dans la localité de Vugizo. Face à cette escalade de violence, l’administration Ndayishimiye a exhorté la population à rester unie contre le terrorisme et à signaler toute activité suspecte, rappelant que la sécurité nationale est une affaire de tous.

Les relations déjà tendues entre le Burundi et le Rwanda se trouvent ainsi davantage fragilisées, avec la fermeture des frontières terrestres par le Burundi en janvier, une mesure prise en réaction aux accusations de soutien rwandais à Red Tabara. Cette situation complexe met en lumière les défis sécuritaires et diplomatiques auxquels sont confrontés les deux pays d’Afrique de l’Est.

Signé par La Rédaction

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Des remerciements depuis la Belgique: Salomon Idi Kalonda reconnaît le soutien durant sa convalescence

Suite à une maladie non divulguée, Salomon Idi Kalonda, éminent conseiller spécial de Moise Katumbi et figure de l'opposition, a manifesté sa reconnaissance envers les personnes qui ont contribué à son évacuation sanitaire vers la Belgique

Attaques de CODECO en Ituri : 16 civils tués et des questions sur l’efficacité de l’état de siège

La province de l'Ituri reste une zone de conflit actif, particulièrement touchée par les activités de la milice CODECO. Dernièrement, une série d'attaques brutales a conduit à la mort d'au moins 16 civils, dont un chef de village, dans le secteur des Banyali Kilo.

Diplomates de l’ONU et de l’UE évaluent les besoins humanitaires à Goma

Le Nord-Kivu, région souvent éclipsée sur la scène internationale, se trouve au cœur d'une mission diplomatique prioritaire cette semaine, avec l'arrivée à Goma d'une importante délégation comprenant des représentants de seize États membres de l'ONU