AccueilA la UneLe sénateur Salomon...

Le sénateur Salomon Idi Kalonda insiste sur l’importance de l’opposition pour une démocratie vivante

Mercredi 5 juin 2024, Salomon Idi Kalonda Della, nouvellement élu sénateur de la province du Haut-Katanga, a marqué son arrivée au Sénat en appelant à une représentation renforcée de l’opposition. Cadre influent de Ensemble pour la République, le parti de Moïse Katumbi, Kalonda a souligné l’importance de l’opposition pour la vitalité démocratique du pays.

« Il est impératif que l’opposition ne soit pas réduite à un rôle symbolique. Pour que la démocratie respire, l’opposition doit être active et visible au sein des institutions, » a déclaré Kalonda. Il a insisté sur le fait que l’opposition doit jouer un rôle de contrepoids indispensable au bon fonctionnement des institutions démocratiques.

Kalonda a salué la proposition de l’honorable Christian Mwando visant à attribuer à l’opposition le poste de deuxième vice-président du Sénat. « C’est essentiel que même une opposition minoritaire soit correctement représentée. J’espère sincèrement que le Sénat prendra cette mesure corrective, » a-t-il affirmé, ajoutant que les rôles subalternes ne suffisent pas à assurer une véritable participation de l’opposition.

Sur le plan national, Kalonda a également abordé la question sensible de la révision de la constitution. Il a mis en garde contre les risques de déstabilisation que de telles initiatives pourraient engendrer. « Notre pays est déjà fragile. Il faut éviter de l’affaiblir davantage par des actions imprudentes, » a-t-il conseillé, soulignant la nécessité de préserver l’unité nationale.

Malgré son engagement, Kalonda a révélé qu’il devait retourner à l’étranger pour poursuivre son traitement médical avant de pouvoir assumer pleinement ses fonctions au Sénat. « Je dois continuer de me battre contre la maladie. Cela implique de retourner en Europe pour poursuivre les soins et me remettre définitivement sur pied, » a-t-il expliqué, montrant une détermination inébranlable malgré ses défis personnels.

Le parcours de Kalonda n’a pas été sans embûches. L’année dernière, il a été arrêté alors qu’il s’apprêtait à se rendre à Lubumbashi après des manifestations à Kinshasa, accusé d’atteinte à la sûreté de l’État et de collusion avec les rebelles du M23. Sa libération provisoire a été accordée par la Cour militaire en raison de son état de santé alarmant. « Les conditions alarmantes de l’état de santé de notre client ont poussé la cour militaire à lui accorder la liberté provisoire. L’affaire est renvoyée au 3 juillet pour l’examen au fond, » a expliqué Maître Peter Ngomo, un des avocats de Kalonda, à ACTUALITE.CD.


Rédigé par l’équipe éditoriale

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...