AccueilA la UneLa République réclame...

La République réclame 4 Milliards USD de dommages-Intérêts et la déchéance du mandat parlementaire de Mwangachuchu

Lors de l’audience du vendredi 25 août devant la Haute Cour militaire, la République a présenté ses revendications dans le cadre du procès mettant en cause le député national Édouard Mwangachuchu. Ces demandes, au cœur d’un dossier aux enjeux considérables, marquent un tournant majeur dans cette affaire judiciaire.

La partie civile, représentée par son avocat déterminé, a exposé un argumentaire implacable. Les charges retenues contre Mwangachuchu sont graves, allant de trahison à sa participation présumée à un mouvement insurrectionnel, en passant par la détention illégale d’armes et de munitions de guerre. Ces infractions, si elles étaient avérées, pourraient avoir des conséquences dévastatrices pour le prévenu.

Le point culminant de cette demande de justice est sans doute la demande de déchéance du mandat parlementaire d’Édouard Mwangachuchu. Une décision de cette envergure, si elle était prononcée, aurait un impact profond sur la dynamique politique du pays. La République insiste sur le fait que la gravité des accusations pesant sur le député national justifie une telle mesure, afin de garantir la stabilité de l’État.

Parallèlement à cette requête, la République exige également que Mwangachuchu soit condamné à verser une somme colossale de 4 milliards de dollars en dommages-intérêts. Cette demande financière reflète l’ampleur des préjudices allégués et vise à réparer les torts supposés infligés à la nation.

L’avocat de la République n’a pas omis de souligner l’importance de la saisie des armes découvertes à la Société Minière de la République (SMB) et dans la résidence du prévenu. Parmi ces armes saisies, un revolver GP de calibre 9 mm a été identifié, jetant une lumière crue sur les activités suspectes entourant le député Mwangachuchu et la SMB. La République demande la confiscation de ces armes et préconise également la fermeture de la SMB en raison de son implication présumée dans des activités subversives et belliqueuses.

Cette audience cruciale a retenu l’attention de tous les observateurs, et l’issue du procès aura sans aucun doute des répercussions profondes sur la scène politique nationale. Le tribunal a décidé de renvoyer le procès à la semaine prochaine, accordant ainsi à la défense l’opportunité de présenter ses plaidoiries.

En résumé, l’accusation retient des charges graves contre Mwangachuchu, allant de la trahison à la détention illégale d’armes de guerre. La République réclame la déchéance de son mandat parlementaire, une somme considérable de 4 milliards de dollars en dommages-intérêts, la confiscation des armes saisies, et la fermeture de la SMB en raison de ses liens présumés avec des activités subversives. Le verdict final, attendu avec impatience, déterminera le destin politique de l’accusé.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.