AccueilA la UneLes avocats de...

Les avocats de Mwangachuchu dénoncent un procès empreint de préjugés et de marginalisation

Dans le cadre d’un procès aux enjeux majeurs, les avocats de l’accusé Mwangachuchu font entendre leur voix, affirmant que la poursuite judiciaire à l’encontre de leur client est teintée de partialité et de discrimination. L’affaire, qui a suscité un vif intérêt médiatique, met en lumière des préoccupations cruciales liées aux droits individuels et à l’équité devant la loi.

Les avocats de la défense soulèvent des inquiétudes profondes quant à la nature même du procès, arguant qu’il repose sur des stéréotypes nuisibles et des mécanismes d’exclusion. Selon eux, l’accusation cherche à exploiter des préjugés enracinés pour construire sa thèse, créant ainsi un climat propice à la stigmatisation. Cette approche, déclarent-ils, ne fait que renforcer les barrières existantes et nuit à la quête d’une justice véritablement impartiale.

Par ailleurs, les avocats de Mwangachuchu dénoncent le caractère discriminatoire du procès. Ils avancent que leur client est traité de manière inéquitable en raison de son origine ethnique présumée. Les avocats pointent du doigt une tentative de faire de leur client un bouc émissaire, une cible sur laquelle faire reposer la responsabilité de tous les actes répréhensibles attribués à un groupe particulier. Ils insistent sur le fait que cette approche ne peut en aucun cas être tolérée, car elle contrevient aux principes fondamentaux d’une justice impartiale et équitable.

Dans une déclaration passionnée, les avocats concluent en affirmant qu’ils ne permettront pas que leur client soit transformé en victime expiatoire. Ils rejettent fermement les tentatives visant à amalgamer les actions individuelles avec l’ensemble d’une communauté. Leur objectif est de mettre en lumière les failles dans l’accusation et de garantir que le procès se déroule dans le respect des droits humains fondamentaux, sans cédér à la pression des stéréotypes et des préjugés.

En somme, l’affaire Mwangachuchu soulève des questions complexes sur la manière dont la justice est rendue et perçue. Les avocats de la défense, en dénonçant les stéréotypes, l’exclusion et la discrimination, insistent sur l’importance de veiller à ce que le système judiciaire reste fidèle à ses principes essentiels, tout en évitant les pièges de la partialité et de la stigmatisation.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.