AccueilA la UneÉmergence du Monkeypox...

Émergence du Monkeypox à Kinshasa : nouvelle réalité sanitaire en RDC

Kinshasa, le 28 Août 2023, marque un tournant significatif dans le panorama sanitaire de la République Démocratique du Congo, avec l’apparition pour la première fois de cas de Monkeypox dans la capitale. Ces cas, jusqu’ici isolés à la région de Maï-Ndombe, ont transité à bord d’une baleinière avant d’être identifiés et pris en charge à Maman Yemo, où une équipe dévouée de professionnels de la santé a entrepris de les traiter avec succès.

Le directeur du Programme national de lutte contre la Monkeypox a tenu à rassurer le public lors d’une intervention sur les ondes de TOP CONGO FM. « Nous assistons à un développement encourageant de la situation. Tous les cas actuels ont été recensés chez des individus ayant voyagé depuis Maï-Ndombe. Leurs conditions s’améliorent favorablement sous notre surveillance attentive à Maman Yemo, où ils reçoivent des soins adaptés. En parallèle, nous surveillons de près les personnes ayant été en contact avec eux », a-t-il déclaré.

À la tête de cette lutte sans relâche depuis plus d’un quart de siècle, le Dr. Norbert Shongo Lushima a souligné que cette situation n’est pas une source d’alarme excessive. « Nous sommes des experts dans ce domaine. Ma nomination pour diriger cette lutte remonte à plus de 25 ans, une période au cours de laquelle nous avons accumulé une expertise inestimable. Tous les cas précédents à Kinshasa étaient négatifs, mais cette fois-ci, nous avons enregistré un cas positif », a-t-il précisé.

La prise en charge médicale de ces cas suscite une confiance légitime. Contrairement aux mesures draconiennes prises face à la Covid-19, le port du masque n’est pas prescrit, car la transmission de la Monkeypox repose sur des contacts directs. Ces cas sont aisément repérables, se manifestant par des éruptions cutanées semblables à de sévères varicelles, engendrant une incapacité notable et immobilisante. Le Dr. Norbert Shongo Lushima a éclairci cet aspect : « Nos protocoles de traitement sont rigoureux. Nous disposons de sites de traitement équipés de médicaments spécifiques. De plus, le vaccin est déjà sur le point d’être validé lors d’une réunion prévue fin septembre. Nous le déploierons surtout dans les régions où les cas sont plus fréquents. »

Pour contrer la propagation de la maladie dans la région de Kinshasa, une stratégie proactive a été mise en place. « Nous avons établi un centre national de traitement à Mama Yemo, avec un critère clé pour être classé comme un cas potentiel : avoir été en contact direct avec un autre cas. La transmission de cette maladie s’opère essentiellement par le biais de contacts physiques. Je souligne l’importance d’une hygiène rigoureuse des mains. Se laver les mains régulièrement à Kinshasa devient une mesure essentielle », a ajouté le Dr. Norbert Shongo Lushima.

Une perspective historique est cruciale pour comprendre la Monkeypox en RDC. Présente depuis 1970, elle a amorcé son apparition à Basankusu, pour toucher depuis lors 23 des 26 provinces du pays. Causée par le virus de la variole du singe, cette maladie se caractérise par des éruptions cutanées, en particulier au visage, et par l’augmentation des ganglions dans la région du cou. Son endémicité en RDC est incontestable, avec la province de l’Équateur signalant le plus grand nombre de cas, suivie par Maï-Ndombe, Sankuru et Tshopo. Depuis la découverte de cette maladie, plus de 9 000 cas confirmés ont été enregistrés en RDC, entraînant malheureusement 481 décès.

Cette récente incursion de la Monkeypox à Kinshasa suscite des efforts déterminés pour contenir sa propagation tout en offrant des soins optimaux à ceux qui en sont affectés. La vigilance continue et l’expertise des équipes médicales promettent un contrôle efficace de la situation, prévenant ainsi tout risque majeur pour la population.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Jacquemain Shabani entame mission sécuritaire à Goma sous haute tension

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Jacquemain Shabani, a entamé ce samedi 13 juillet une mission délicate au Nord-Kivu, débutant par la ville de Goma.

RDC : L’UDPS en ébullition, Augustin Kabuya conserve le soutien de la Présidence

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est actuellement au cœur d'une tempête politique. Plusieurs membres influents et militants du parti au pouvoir réclament le départ d'Augustin Kabuya, qu'ils accusent de gestion autoritaire et de favoritisme.

Congrès de l’ONEC : Michel Victor Lessay présente le rôle de l’APLC et son bilan face aux défis de la transparence financière en RDC

Lors du Congrès de l'ONEC, Michel Victor Lessay, Coordonnateur a.i. de l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC), a souligné les efforts soutenus de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre la corruption, la fraude et le détournement de fonds publics. Il a mis en avant les stratégies de l'APLC ainsi que ses progrès et ambitions futures...