AccueilA la UneLes Jeux de...

Les Jeux de la francophonie : Un budget enflé à 324 Millions de dollars, les révélations de Nicolas Kazadi

Par Manassé Kitemoko Kosi

Kinshasa, le 10 août 2023 – Les IXes Jeux de la Francophonie, qui se sont déroulés à Kinshasa du 28 juillet au 6 août 2023, continuent de susciter des interrogations quant à leur coût. Alors que le budget initial était estimé à 48 millions de dollars, il a explosé pour atteindre 324 millions de dollars, révélant ainsi des défis financiers majeurs. Ces chiffres alarmants ont été rendus publics par Nicolas Kazadi, ministre des Finances de la République démocratique du Congo.

Le budget des opérations est passé de 12 à 78 millions de dollars, tandis que les dépenses en investissements ont grimpé de 36 à 246 millions de dollars. Le temps nécessaire pour organiser ces jeux est passé de quelques mois à environ trois ans, soulignant ainsi des erreurs de planification et de gestion. Le ministre Kazadi, dans un discours sans équivoque, a souligné les dysfonctionnements dans la gestion de cet événement d’envergure.

Parmi les aspects problématiques de cette situation, le ministre a pointé du doigt les actions du directeur national des jeux, qui a augmenté les rubriques et les budgets sans l’approbation du comité de pilotage des jeux. Ces décisions arbitraires ont créé des difficultés financières considérables.

« Le directeur a signé des ordres de paiement pour certains bénéficiaires qu’il avait envisagé de recruter lui-même, sans disposer de la provision budgétaire nécessaire, ce qui ne devrait pas se produire. Nous sommes en train de donner la priorité aux paiements en fonction des besoins. Ceux qui ont effectivement travaillé recevront leur dû, » a déclaré le ministre des Finances.

Cependant, la réponse ne s’est pas fait attendre. Le président du comité national des jeux de la Francophonie, Isidore Kwandja Ngembo, a réagi aux allégations en affirmant que la gestion de l’organisation des jeux avait été rigoureuse, transparente et judicieuse. Il a souligné que toutes les opérations financières se sont déroulées sous la supervision de l’Inspection Générale des Finances (IGF).

« Nous sommes surpris d’apprendre, par l’intermédiaire des réseaux sociaux, que le coût des jeux aurait atteint 324 millions de dollars, alors que le budget initial était de 66,9 millions d’euros, que nous n’avons pas encore reçus en totalité. Où sont passés ces fonds et qui les a gérés ? Si le budget a dépassé les prévisions, les raisons doivent être recherchées ailleurs, et non au sein de la direction nationale des Jeux, qui a maintenu une gestion rigoureuse, » a conclu Isidore Kwandja Ngembo.

Cette controverse autour du budget des Jeux de la Francophonie soulève des questions essentielles sur la transparence et la responsabilité dans l’organisation d’événements de cette envergure. Il reste à voir si des mesures seront prises pour enquêter sur ces allégations et établir la vérité concernant les coûts réels de ces jeux qui ont captivé l’attention du monde francophone.

Manassé Kitemoko Kosi – Rédacteur en chef Bisonews.cd

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...

Situation salariale : les ouvriers du centre financier réclament justice à Constant Mutamba

Les ouvriers du centre financier ont envahi le palais de la justice ce mercredi 19 juin pour réclamer justice quant à leur situation salariale. Le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Constant Mutamba, était obligé de descendre de son bureau pour écouter leurs revendications.