Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilA la UneLes interrogations de...

Les interrogations de Kamitatu : éclaircissements attendus de Denis Kadima

Le contexte électoral en cette année 2023 est marqué par des questionnements majeurs soulevés par Olivier Kamitatu, le porte-parole et directeur de cabinet du candidat Moïse Katumbi. Ces interrogations, adressées à Denis Kadima, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), revêtent une importance particulière dans la compréhension du processus électoral en cours.

Les points névralgiques

Au nom du parti « Ensemble pour la République », Kamitatu a formulé trois questions fondamentales qui, selon lui, pourraient jouer un rôle déterminant dans l’acceptation des résultats ultérieurs. Ces interrogations, loin d’être anodines, touchent des aspects cruciaux du processus électoral.

1. La géographie des bureaux de vote

La première question porte sur le nombre de bureaux de vote effectivement ouverts le 20 décembre. Un point de vigilance qui soulève des préoccupations légitimes quant à la couverture territoriale du scrutin.

2. La technologie des machines à voter

La deuxième interrogation concerne le déploiement des machines à voter. Kamitatu souhaite obtenir des précisions sur leur nombre exact, mettant ainsi en lumière l’importance stratégique de ces dispositifs dans le processus électoral contemporain.

3. L’enjeu des bulletins de vote

Enfin, la troisième question s’attarde sur la quantité de bulletins de vote imprimés pour l’élection. Un élément central qui interpelle sur la logistique déployée et l’ampleur attendue de la participation citoyenne.

Les implications de ces interrogations

Ces questions, en apparence simples, suscitent des préoccupations essentielles quant à la transparence et à l’intégrité du processus électoral. Le président de la CENI, Denis Kadima, se retrouve ainsi confronté à l’impératif de fournir des réponses éclairantes, non seulement pour apaiser les inquiétudes des acteurs politiques, mais également pour garantir la confiance de la population.

La nécessité de la transparence

En cette période électorale, la transparence devient un pilier incontestable de la crédibilité du processus. Les réponses attendues de la CENI revêtent une importance particulière pour instaurer un climat de confiance propice à l’acceptation des résultats par l’ensemble des acteurs impliqués.

En définitive, les questions posées par Kamitatu reflètent la quête constante de clarté et de transparence dans le processus électoral, éléments essentiels pour l’édification d’une démocratie solide et légitime.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.