Le Burundi accuse le...

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds...

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à...

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.

RDC : Stabilité et...

En République démocratique du Congo, l'évolution récente de l'économie nationale soulève des interrogations et espoirs dans un contexte mondial incertain, marqué par des défis géopolitiques et environnementaux persistants. Lors de la dernière réunion du conseil des ministres, la gouverneure de la Banque centrale du Congo, Malangu Kabedi, a partagé des nouvelles significatives sur la situation économique actuelle du pays, reflétant les adaptations et les défis auxquels l'économie congolaise est confrontée.
AccueilA la UneRDC : réduire...

RDC : réduire les charges de l’Etat passe aussi par la suppression de nombreuses agences créées alors qu’il existe déjà des institutions publiques ayant les mêmes objectifs, soutient Jean-Claude Mputu du CNPAV

Politologue et porte-parole de la Campagne le Congo n’est pas à vendre (CNPAV), Jean Claude Mputu est revenu ce vendredi 13 août pour ACTUALITE.CD sur la question de la réduction du train de vie des institutions de la République, laquelle devrait être soumise à la réunion du conseil des ministres par le chef du gouvernement Sama Lukonde Kyenge.

A propos de la réduction du train de vie des institutions, qu’est-ce qui doit concrètement changer selon vous ?

Il s’agit non seulement de rationaliser le fonctionnement et la gestion des institutions mais aussi et surtout de baisser les plus hauts salaires et les différents avantages en nature et en argent que reçoivent les différents responsables. Il ne faut pas faire dans les effets d’annonces ou des mesures en trompe œil. Il faut une vraie réflexion générale sur l’utilisation des ressources publiques par l’ensemble des mandataires publics.

Quelles sont les dépenses qui peuvent être réduites ?

Les plus grands salaires, certains frais de fonctionnement, les avantages en nature et en argent, les perdiems que les administrations s’octroient tous les jours pour des réunions alors que ça fait partie de leur travail, etc.

Quelles autres institutions jugées budgétivores ne doivent plus être concernées ?

Réduire les charges de l’État passe aussi par la rationalisation des différentes institutions notamment en évitant des doublons et des personnels de cabinets pléthoriques. Des institutions comme le CNSA n’a aucune raison d’être, les centaines de conseillers à la présidence qui ne servent pas à grand-chose, les nombreuses Agences créées alors qu’il existe déjà des institutions publiques ayant les mêmes objectifs … Bref, il faut une réflexion en profondeur sur la manière d’organiser nos services publics.

Structurellement et concrètement, comment faire le suivi de ce processus de réduction du train de vie des institutions pour parvenir aux résultats escomptés ?

Je pense que pour éviter que ce soit les décideurs eux-mêmes qui puissent se rationner, le Premier ministre devrait mettre en place un groupe d’experts indépendants multidisciplinaires pour réfléchir à l’ensemble de cette problématique et proposer des solutions concrètes. Nous sommes habitués ces derniers temps à des déclarations et des mesures à caractère politique et ça ne doit pas continuer. Et une fois que les mesures seront adoptées, on devrait identifier des experts qui seront chargés de faire le suivi et de rendre compte régulièrement des mesures mises en place. Et il faut absolument la participation des représentants de la Société civile pour garantir la transparence du processus et permettre l’information continuelle des citoyens sur les mesures adoptées.

L’argent dégagé peut être affecté à quoi concrètement ?

Premièrement aux besoins sociaux des populations et à la construction des infrastructures nécessaires à tout processus de développement. Il faut repenser la vie de nos fonctionnaires, médecins, enseignants, policiers, militaires et personnels publics qui font le plus de travail et qui ont des conditions de vies médiocres.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Le Burundi accuse le Rwanda de soutenir des actes de violence sur son territoire

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds des péages vers la défense : Jean-Pierre Bemba au cœur d’une polémique

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à Goma : Une nuit d’horreur pour trois jeunes

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.