Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilA lireLutundula gronde contre...

Lutundula gronde contre les mensonges du Rwanda

Kinshasa hausse le ton contre Kigali.Dans une déclaration faite samedi à Kinshasa, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Christophe Lutundula s’est insurgé et a désapprouvé une note verbale mensongère du Rwanda contre la République démocratique du Congo.

Outré, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala a rejeté la teneur de la note verbale du 10 juin du gouvernement de la République du Rwanda par laquelle ce dernier accuse les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) d’avoir lancé le 10 juin, des roquettes sur le territoire rwandais.

Il accuse en outre « des hauts responsables gouvernementaux et des membres des organes de sécurité congolais d’inciter la population à commettre des actes de violences contre le Rwanda et les personnes parlant le Kinyarwanda en général ».

Ce qui irrite le chef de la diplomatie congolaise. « Le Ministère des Affaires étrangères rejette en bloc toutes ces accusations fallacieuses qui cachent mal la détermination du Rwanda de poursuivre l’agression contre la République démocratique du Congo et leur soutien au M23 », a-t-il déclaré.

Par la même occasion, le gouvernement congolais somme Kigali d’une part, à mettre fin à son soutien au groupe terroriste du M23 et à s’abstenir de toute action susceptible de porter atteinte à la paix et à la stabilité dans la partie Est de la République démocratique du Congo et la région et d’autre part, d’éviter tout acte de nature à compliquer la tâche du médiateur de la Conférence internationale pour la région des Grands lacs, le président Joäo Lourenço à qui toutes les parties concernées doivent faire confiance.


OURAGAN

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.