Fonds pour la consolidation de la paix, Christian Mwando plaide pour l’accroissement de la quote-part de la RDC

Prenant part à la réunion de haut niveau à l’Assemblée générale de l’ONU consacrée au mécanisme de financement du Fonds pour la consolidation de la paix, le Ministre d’État congolais en charge du Plan, Christian Mwando Nsimba Kabulo, a plaidé pour l’augmentation de l’enveloppe destinée à son pays dans le cadre de ce Fonds.

D’après les services du ministère du Plan, dans son allocution faite le jeudi 28 avril 2022, Christian Mwando Nsimba a évoqué l’impérieuse nécessité d’accroître la prévisibilité et la fiabilité du financement du Fonds pour la consolidation de la paix.

Ce dernier a réitéré, au nom du Gouvernement congolais, le soutien de la RDC à la proposition des Nations-Unies de créer un mécanisme de financement permettant d’allouer aux fonds annuellement des contributions mises en recouvrement qui favorisent une forte mobilisation des ressources en faveur de la RDC dont le défi majeur demeure encore le rétablissement de la paix.

« L’augmentation de la hauteur de l’octroi de ce Fonds permettra la bonne exécution du Programme de démobilisation, désarmement, de réinsertion communautaire et social (Pddrc-s) qui nécessite, à ce jour, beaucoup de ressources. Ce programme touche à la consolidation de la paix dans toute la région des Grands-Lacs, nécessite les financements conséquents afin de répondre efficacement aux besoins de paix et ainsi paver le chemin vers le développement. », a déclaré Mwando Nsimba.

Le Secrétaire général adjoint des Nations-Unies chargé de la politique, Volker Türk, a défini l’objectif de la réunion de New-York qui consistait à définir le processus de financement du Fonds de consolidation de la paix, au profit des pays les moins avancés en proie à des conflits issus des groupes armés.

Ce haut responsable onusien qui est revenu sur la recrudescence des conflits dans le monde, faisant ainsi référence à la guerre de l’Ukraine, a rappelé la nécessité du maintien de la paix à travers le monde.

Le Fonds de consolidation de la paix des Nations-Unies est un instrument financier utilisé, en premier recours, pour maintenir la paix dans les pays où le risque de conflit risque d’éclater ou sévit déjà.

En RDC, ce Fonds finance plusieurs projets axés sur la réconciliation, la justice transitionnelle et la réinsertion socio-économique dans les provinces du Tanganyika, du Kasaï ainsi que du Kasaï Central.

Le Gouvernement congolais, à travers le ministère du Plan, a été félicité par l’ONU pour la gestion transparente et inclusive des fonds alloués à travers un comité de pilotage conjoint composé de deux co-présidents à savoir le représentant résident des Nations-Unies et le ministre du Plan. A ceux-ci sont associés le représentant des bailleurs de fonds, les bénéficiaires ainsi que les délégués de la société civile.


Zoom – Eco

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.