Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilEn continuÉconomieDifficulté d’approvisionnement en...

Difficulté d’approvisionnement en carburants dans le Grand Kasaï : le manque d’infrastructures routières parmi les causes (Gouverneur de Lomami)

Au nombre des causes de la difficulté d’approvisionnement en carburants dans le Grand Kasaï, le gouverneur de Lomami évoque le manque d’infrastructures pouvant permettre d’acheminer les produits dans toutes les provinces de cet espace.

Au-delà des infrastructures, Nathan Ilunga qui participe à la table ronde convoquée par le ministre des Hydrocarbures sur cette problématique, note d’autres problèmes.

« Les problèmes sont très divers. Il y a les infrastructures routières par lesquelles les sociétés commerciales peuvent nous approvisionner. Pour le Grand Kasaï, la principale voie officielle, c’est le chemin de fer avec la SNCC (Société nationale de chemin de fer, ndlr) à partir de Mwene-Ditu. Dès que le produit pétrolier arrive là-bas, le Kasaï Oriental, la Lomami et même le Kasaï Central peuvent aussi être approvisionnés, mais nous nous rendons compte que l’irrégularité de l’arrivée du train, est le vrai problème. Et au niveau fluvial, il y a le Sankuru. Mais en quittant Kinshasa vers le Sankuru, il y a une partie qui n’est pas navigable et la non-régularité des bateaux pose un problème. Il y a aussi le moyen de stockage qui pose problème. Nous n’avons pas de véhicules citernes. Et c’est ce qui cause des difficultés pour réduire sensiblement le coût du carburant », a dit Nathan Ilunga.

La solution passera par l’installation des stations-service dans les provinces concernées, a indiqué le gouverneur de la Lomami, avant d’inviter le gouvernement à réhabiliter les infrastructures routières.

Rachel Kitsita
Actu 30

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.