AccueilA la UneFonds social de...

Fonds social de la RDC : La mise en place d’une gestion transitoire cause des dommages collatéraux pour les projets humanitaires

La Banque mondiale a suspendu le financement de projets de développement et humanitaires en République démocratique du Congo d’une valeur d’un milliard de dollars. Cette suspension fait suite à la dissolution par le président Tshisekedi du Fonds social pour la RDC et la création d’un autre fonds du même nom. Bien que des discussions soient en cours pour trouver des mesures transitoires, les conséquences sont déjà visibles sur le terrain.

Suspension de projets humanitaires et de développement

Le 4 mai, le président Tshisekedi a dissous le Fonds social pour la RDC et a créé une nouvelle institution du même nom en raison de l’évolution du cadre juridique régissant les établissements publics et des impératifs de fonctionnement et d’efficacité. Cependant, le 12 mai, le directeur des opérations de la Banque mondiale pour la RDC, Albert Zeufack, a écrit une lettre au ministre des Finances dans laquelle il exprimait ses regrets quant à l’absence d’un échange préalable avant la dissolution du Fonds social pour la RDC et la création d’une nouvelle institution pour le remplacer. Cette décision n’est pas conforme aux accords légaux concernant les modalités de mise en œuvre de ces projets, a-t-il précisé. Il a également souligné que plus de 600 000 personnes seront affectées par les conséquences de cette décision. En outre, il a rappelé que 91 millions de dollars sur le milliard de dollars étaient injustifiés à ce jour ou décaissés mais pas documentés.

91 millions de dollars injustifiés

Le Fonds social pour la RDC a reçu des fonds pour trois projets relatifs à la stabilisation des provinces de l’est, du Nord et du Sud Ubangi, du Kasaï Central et de la ville de Kinshasa, ainsi qu’à la prévention des violences sexuelles, qui ont financé eux-mêmes des dizaines de projets et d’activités. La Banque mondiale a expliqué que le gouvernement peut dissoudre et redéfinir ses institutions, mais que selon les accords de financement, la mise en œuvre des projets en cours ainsi que le décaissement des fonds peuvent être impactés par l’option prise par les autorités. Les trois projets ne sont pas au même stade de mise en œuvre, et des solutions spécifiques seront trouvées pour chacun d’entre eux, a-t-elle ajouté dans son courriel, en soulignant que les autorités congolaises et la Banque mondiale continueront de travailler ensemble pour définir les nouveaux arrangements de mise en œuvre des trois projets concernés par le changement institutionnel en cours.

Impact sur les projets et les activités

La décision de la Banque mondiale de suspendre ses financements en RDC a eu un impact important sur de nombreux projets et activités, notamment ceux liés à la prévention des violences sexuelles. La Fondation Panzi du Dr Denis Mukwege, qui travaille depuis des années pour la protection des femmes victimes de violences sexuelles, a été particulièrement touchée.

Le Dr Mukwege a exprimé son inquiétude quant à l’impact de cette décision sur les femmes et les filles en RDC, qui sont déjà confrontées à de nombreuses difficultés dans un contexte de conflit et d’instabilité politique. Il a souligné l’importance de continuer à soutenir les efforts visant à protéger les femmes et à leur offrir des soins de qualité.

Malgré les assurances de la porte-parole du président Tshisekedi, Tina Salama, selon lesquelles il n’y aurait aucune suspension de financement, il est clair que de nombreux projets et activités ont été touchés par la décision de la Banque mondiale. Une gestion transitoire sera mise en place, mais il est essentiel que les autorités congolaises travaillent rapidement à résoudre cette situation afin que les projets et les activités puissent continuer à fonctionner et à soutenir les communautés les plus vulnérables en RDC.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Les nouveaux sénateurs du Nord-Kivu exhortés à agir pour la paix dans la province

Les acteurs de la société civile et les organisations de jeunesse du Nord-Kivu attendent des sénateurs fraîchement élus de cette province une prise de position ferme et des actions concrètes pour rétablir la paix...

Reprise des combats entre les FARDC et le M23 à rutshuru

Les affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont repris avec intensité ce lundi 27 mai dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu...

L’ARSP appelle la Gécamines à faciliter la recommandation de plus de 20 entreprises à TFM

Lundi 27 mai, l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a exhorté la GECAMINES à ne pas entraver la recommandation de plus de 20 entreprises à Tenke Fungurume Mining (TFM).