AccueilA la UneSous-traitance au Congo...

Sous-traitance au Congo : Les entreprises face à des sanctions et à des normes de propriété locale renforcées

Le secteur de la sous-traitance dans le domaine privé au Congo traverse actuellement une période de transformation majeure, marquée par des sanctions sévères et des exigences économiques renforcées. L’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a récemment pris des mesures décisives pour assurer la conformité des entreprises sous-traitantes à la législation en vigueur. Dans cet article, nous examinons les implications économiques de ces actions, y compris les conséquences pour les contrats existants et les nouvelles exigences en matière de propriété.

Les Détails des Sanctions :

Suite à l’intervention de l’ARSP, les entreprises sous-traitantes ont été accordées un délai de grâce de trente (30) jours ouvrables pour se mettre en conformité avec les dispositions de la Loi sur la sous-traitance dans le secteur privé. Selon le Directeur général de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, tout contrat déjà signé par l’une des 1200 entreprises concernées sera automatiquement déclaré nul et non avenu si le délai n’est pas respecté, en vertu de l’article 28 de ladite loi. Cet article prévoit des sanctions financières pour ceux qui enfreignent les règles en matière de sous-traitance dans le secteur privé.

Miguel Kashal Katemb a déclaré : « Nous accordons aux entreprises sous-traitantes un délai de 30 jours ouvrables pour déposer leur recours. Au-delà de ce délai, tous les contrats conclus avec les entreprises donneuses d’ordre seront automatiquement annulés. L’un des défis auxquels nous sommes confrontés est que la plupart de ces entreprises donneuses d’ordre sont elles-mêmes déguisées en sous-traitants. »

Exigences de Propriété Locale :

La législation en vigueur sur la sous-traitance dans le secteur privé impose désormais des exigences de propriété locale plus strictes. Selon les nouvelles règles, au moins 51% des parts d’une entreprise de sous-traitance doivent être détenues par des citoyens congolais, tandis que les 49% restants peuvent être détenus par des investisseurs étrangers. Cette mesure vise à favoriser la participation économique des nationaux dans le secteur de la sous-traitance.

Période de Transition et Impact Économique :

Toutes les entreprises concernées par ces sanctions ne figuraient pas sur la liste officielle des sous-traitants. Elles avaient précédemment bénéficié d’une période de 10 mois pour s’inscrire auprès de l’ARSP et régulariser leur situation. Cependant, un grand nombre d’entre elles ont échoué à se conformer aux exigences légales dans le délai imparti.

L’impact économique de ces mesures est significatif. Non seulement les contrats existants sont en jeu, mais de nombreuses entreprises doivent également réévaluer leur structure de propriété pour se conformer aux nouvelles règles. Cela pourrait entraîner des restructurations importantes et des transferts de propriété dans le secteur de la sous-traitance.

L’ARSP a clairement indiqué son engagement à renforcer la réglementation et la conformité dans le secteur de la sous-traitance privée au Congo. Les sanctions et les nouvelles exigences de propriété locale ont des répercussions économiques majeures, nécessitant une adaptation rapide de la part des entreprises sous-traitantes. Les prochains mois seront décisifs pour voir comment le secteur évoluera pour se conformer aux normes juridiques en constante évolution.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...