AccueilA la UneRDC : Les...

RDC : Les Wazalendo et la Défense de la Patrie – Déclaration du Ministre de la Communication

Kinshasa, 14 octobre 2023_ – Le concept des Wazalendo, regroupant nos compatriotes engagés dans la défense de notre patrie, suscite une attention internationale croissante. Au cœur de cette problématique, l’opinion publique se trouve confrontée à des accusations de manipulation émanant du Rwanda, affirmant que des massacres sont perpétrés à l’encontre de la communauté Tutsi en République Démocratique du Congo.

Le gouvernement congolais, par la voix de Patrick Muyaya, Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a récemment exposé sa position claire sur cette question délicate. **Aucune forme de violence à l’encontre de nos diverses communautés n’est tolérée**, insiste-t-il.

Il est important de souligner que toutes les communautés congolaises sont touchées de manière égale par les défis actuels, et la campagne de manipulation orchestrée vise principalement à désorienter l’opinion internationale, principalement après les revers subis par nos compatriotes engagés dans la défense de notre territoire.

Le Ministre Muyaya souligne avec fermeté que malgré les tensions et les enjeux régionaux, cela ne doit en aucun cas justifier des actes de violence contre la force régionale. Le gouvernement s’engage à maintenir une approche de dialogue et de résolution pacifique.

Cette déclaration met en lumière l’importance de la communication transparente dans un contexte complexe, et rappelle aux acteurs internationaux la nécessité de traiter ces questions avec précaution et pondération.

> « Concernant la problématique des Wazalendo, il s’agit d’un concept englobant nos patriotes qui se battent pour la défense de notre patrie. La manipulation rwandaise habituelle essaie de convaincre l’opinion internationale qu’il y a des massacres commis contre la communauté Tutsi. Le gouvernement a une position claire à ce sujet : aucune forme de violence contre aucune de nos communautés n’est tolérée. Toutes les communautés congolaises sont touchées de la même manière, et cette campagne de manipulation vise principalement à désorienter l’opinion après les revers subis par nos compatriotes qui se battent pour défendre notre territoire. Cela ne doit en aucun cas justifier des actes de violence contre la force régionale, » a déclaré Patrick Muyaya, Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Cette déclaration met en lumière l’importance de la communication transparente dans un contexte complexe, et rappelle aux acteurs internationaux la nécessité de traiter ces questions avec précaution et pondération.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.