AccueilA la UneLa relance de...

La relance de la MIBA au cœur des préoccupations du gouvernement congolais

Par Manassé Kitemoko Kosi

En République démocratique du Congo, la société minière MIBA, qui a longtemps été un pilier de l’économie nationale, est aujourd’hui confrontée à des difficultés financières. Cependant, le gouvernement congolais affiche sa volonté de redynamiser cette entreprise, en déployant un plan ambitieux pour lui insuffler une nouvelle vie.

La MIBA, abréviation de Minière de Bakwanga, était autrefois un joyau de l’économie congolaise grâce à son rôle clé dans l’extraction de diamants. Après une période d’inactivité, elle a repris ses activités en 2011, mais depuis lors, sa rentabilité s’est estompée, laissant place à des préoccupations croissantes.

Pour revitaliser cette entreprise, un plan de relance ambitieux a été élaboré, nécessitant un investissement massif de 453 millions de dollars sur une période de cinq ans, ainsi qu’un plan d’investissement de 161 millions de dollars à exécuter sur trois ans. Ces fonds frais sont essentiels pour redonner à la MIBA son dynamisme passé.

Le 25 août, l’équipe de direction nouvellement nommée par le Président Félix Tshisekedi s’est réunie avec le vice-ministre des Mines, Godard Motemona, pour discuter de la relance de cette entreprise d’État. La délégation de la MIBA était composée du Président du Conseil d’Administration, Jean-Charles Okoto, du Directeur Général, André Kabanda, et du Directeur Général Adjoint, Kazadu Mabika.

Lors de cette réunion, l’équipe dirigeante de la MIBA a exposé les nombreux obstacles entravant le fonctionnement de l’entreprise. Selon Jean-Charles Okoto, Président du Conseil d’Administration de la MIBA, le vice-ministre des Mines a partagé des orientations stratégiques pour redynamiser la société.

« Nous avons échangé avec le vice-ministre des Mines. Il nous a donné quelques stratégies pour la relance de la MIBA. Nous lui avons également montré que nous sommes en train d’élaborer un plan de relance qui débutera par une feuille de route. Notre situation actuelle à la MIBA est préoccupante, mais nous sommes déterminés à trouver une solution rapide. Vous verrez des progrès significatifs l’année prochaine, » a déclaré Jean-Charles Okoto.

La nomination de cette nouvelle équipe à la tête de la MIBA en juillet dernier par ordonnance présidentielle illustre l’engagement du gouvernement à redonner vie à cette entreprise emblématique.

Le Président Félix Tshisekedi, lors d’une visite dans la région de Kasaï, avait réitéré son engagement à revitaliser la MIBA lors d’un meeting à Mbuji-Mayi en décembre 2021. Les travailleurs de la MIBA, confrontés à des retards de salaire et d’autres problèmes, ont depuis longtemps demandé l’intervention du gouvernement.

La relance de la MIBA est une priorité pour le gouvernement congolais, qui entend redonner à cette entreprise son statut de fleuron de l’économie nationale. La population attend avec impatience les développements à venir pour cette entreprise emblématique du Congo.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.