De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilA la UneAffaire François Beya...

Affaire François Beya & consorts : les six faits qui énervent les organisations de défense des droits de l’homme (Document) !

Dans un communiqué de presse parvenu à Bisonews.cd, l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, accuse le Président Tshisekedi de laisser l’ANR violer les droits fondamentaux des citoyens congolais impunément.

Très préoccupée, l’ASADHO dénonce le silence du Président Tshisekedi face à la multiplication des cas de violation des droits fondamentaux dont l’Agence Nationale de Renseignements se rend coupable tant à Kinshasa qu’en Provinces.

Elle énumère ainsi six faits qui violent les droits de l’homme.

Ci-dessous, l’intégralité du communiqué de presse !

COMMUNIQUE DE PRESSE N°003/ASADHO/2022

« L’ASADHO accuse le Président Tshisekedi de laisser l’ANR violer les droits fondamentaux des citoyens congolais impunément »

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est très préoccupée par le silence du Président Tshisekedi face à la multiplication des cas de violation des droits fondamentaux dont l’Agence Nationale de Renseignements se rend coupable tant à Kinshasa qu’en Provinces.

En 2019, l’ASADHO avait salué les mesures courageuses prises par le Président Tshisekedi pour humaniser les missions de l’ANR et mettre fin à l’arbitraire instauré par certains de ses animateurs.

Trois ans après la prise desdites mesures, les mauvaises pratiques décriées sous l’administration du Président Joseph Kabila sont revenues. Il s’agit notamment des cas de torture, arrestation pour des faits civils, enlèvements et non accès des personnes arrêtées aux membres de leur famille et aux avocats.

L’ASADHO mentionne de manière particulière les cas ci-après :

1. Monsieur François BEYA, Conseiller Spécial en matière de sécurité du Président Tshisekedi, arrêté depuis le 5 février 2022 n’a jamais eu accès à un avocat ;

2. Monsieur Claude KIDICHO, protocole au CNS, enlevé à partir de son bureau au Mont-Ngaliema, en date du 03mars 2022, s’est retrouvé en détention à l’ANR (UZB). Il n’a pas droit à la visite des membres de sa famille ni accès aux avocats ;

3. Le Colonel Arsène MATATA MISIMBO arrêté et détenu depuis le 14 février 2022 à l’ANR est privé de la visite des membres de sa famille et de la possibilité d’être assisté par un avocat ;

4. Monsieur Pierre KALENGA, Commandant de sécurité au CNS enlevé depuis fin février 2022, s’est retrouvé en détention à l’ANR(UZB) sans la possibilité de voir les membres de sa famille ni d’accéder aux services des avocats ;

5. Maître KIAMA, Avocat au Barreau de Kwilu est en détention à l’ANR (3Z) depuis le début du mois de mars 2022, pour un conflit parcellaire. Il n’a pas accès aux membres de sa famille ni à un avocat ;

6. Monsieur Luc MULOPWE, membre du parti politique ECIDE, arrêté et détenu à l’ANR(3Z) depuis le 14 janvier 2022 n’a jamais eu accès aux membres de sa famille ni aux services d’un avocat.

Sans interférer dans les affaires pour lesquelles ces citoyens congolais sont interpelés, il a lieu de constater que les droits fondamentaux leurs reconnus par la Constitution sont systématiquement violés par l’ANR sans que le Président Tshisekedi ne sanctionne les auteurs de tels actes.

L’ASADHO rappelle au Président Tshisekedi que les actes posés par l’ANR violent les articles 18 et 19 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, d’une part, et qu’on ne peut pas construire un Etat de droit en acceptant que les lois du pays soient violées pour telle ou telle autre raison.

Le silence du Président de la République est considéré comme une acceptation de ces actes illicites.

Elle appelle avec insistance le Président Tshisekedi à sanctionner et à faire arrêter tous les fonctionnaires de l’ANR qui ont violé la Constitution du Congo.


Fait à Kinshasa, le 28 mars 2022

ASADHO
Pour toute information, prière de contacter :
Me Jean Claude KATENDE : Président National
Téléphone : +243811729908

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.