De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilEn continuCeniEn prévision des...

En prévision des étapes à franchir les échéances électorales annoncées : comment empêcher l’intrusion de «voleurs de l’identité congolaise d’origine»?

L’année 2022 tire lentement mais sûrement à sa fin, pour céder le pas à l’année 2023. Une année pas comme les autres, car elle sera marquée par trois événements d’importance, qui pourraient changer radicalement l’état actuel des choses dans la conduite des affaires publiques et même dans le vécu quotidien de populations du pays, dans tous les domaines.

Il s’agit, on s’en doute encore, du recensement général, de l’identification de tous les citoyens et, enfin, de la tenue des élections générales sur toute l’étendue du territoire national.

Le prix à payer

Par les temps qui courent, on remarque que les étapes à franchir avant la tenue effective la tenue effective des élections reviennent régulièrement au centre des causeries et discussions de populations du pays très préoccupées par l’issue de celles-ci, notamment en ce qui concerne leur qualité en épinglant plus particulièrement la question ci-après : « quel est le prix à payer afin d’empêcher l’intrusion de « voleurs de l’identité congolaise d’origine » dans le processus en préparation ?

En effet, des informations persistantes des sources étrangères en République Démocratique du Congo indiquent que des milliers et des milliers de sujets expatriés se préparent (s’ils ne l’ont pas encore fait jusqu’à présent) à déferler sur les régions congolaises d’immigrations clandestines situées aux frontières communes, du Sud, de l’Ouest, mais aussi et surtout à celles de l’Est qui défraie la chronique d’année en la matière !

Mettre le pays à l’abri…

Mais les mêmes sources étrangères précisent que l’intrusion de « voleurs » de l’identité congolaise d’origine dans le processus en préparation ne partira pas exclusivement des régions africaines voisines de la République Démocratique du Congo.

Pour ces sources d’informations une invasion de ce pays se prépare de la même manière en occident dans le camp des émigrés noirs africains déçus des Etats-Unis d’Amérique, d’Europe et d’Asie, pour ne citer que ceux-là !

Comme on peut le constater en confrontant les différentes sources d’informations consultées, il y a réellement péril en la demeure !
Pour mettre le pays à l’abri de l’irréversible préparé lentement mais sûrement à travers l’intrusion de « voleurs » de l’identité congolaise d’origine par le biais des opérations de recensement général, d’identification des citoyens et d’enrôlement de vrais citoyens de la république , il est urgent de battre campagne en direction des masses populaires en les invitant à la vigilance tous azimuts à chaque passage aux frontières terrestres, maritimes, aériennes, ainsi que dans et autour de leurs milieux habituels de vie en partage avec tos les nouveaux venus !

Formation et motivation

Il est également urgent que les services classiques de protection civiles, d’immigration, de police et de sécurité soient épurés d’éventuels agents douteux en prévoyant leur formation et / ou leur stage des remises à niveau, suivi d’une motivation conséquente, en termes de salaires et de conditions de travail.

Bamporiki Chamira
La Tempete

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.