AccueilA la UneRenforcement des Compétences...

Renforcement des Compétences des Dirigeants Congolais : Un pas vers un avenir radieux

Kinshasa, le 18 août 2023 – Sous le prestigieux chapiteau de l’Hôtel Pullman à Kinshasa, s’est déroulé un événement d’une importance cruciale pour l’avenir du Congo. Les 16 et 17 août 2023 ont vu la tenue de sessions de renforcement des compétences destinées aux mandataires des Etablissements Publics et Entreprises Publiques du pays, orchestrées par l’Inspection Générale des Finances (IGF) en collaboration étroite avec la Cellule d’Innovation et de Transformation des Mentalités de la Présidence de la République ainsi que l’Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC).

Sous le thème inspirant « Nouvelle Vision pour un Congo Florissant », cette série de sessions a vu la participation active du Président du Conseil d’Administration, l’Honorable Crispin MBINDULE, accompagné du Directeur Général Adjoint, M. Jacques MUYUMBA, représentant fièrement le Cadastre Minier. L’objectif clé de ces sessions était d’armer les dirigeants avec des compétences avancées et une perspective rafraîchie, afin d’assurer une gestion responsable des fonds publics et d’atteindre les ambitieux objectifs de développement fixés pour la nation.

Cet événement n’était pas simplement une occasion de rassemblement, mais un catalyseur potentiel pour un avenir transformé. Le choix du thème, « Nouvelle Vision pour un Congo Florissant », incarne l’engagement envers une transformation en profondeur. Les participants ont été exposés à des ateliers hautement interactifs et à des discussions ciblées visant à remodeler les mentalités en faveur d’une gestion publique transparente et d’une croissance nationale durable.

L’union des efforts de l’IGF, de la Cellule d’Innovation et de Transformation des Mentalités de la Présidence de la République et de l’APLC souligne l’importance de cette initiative. La corruption et les pratiques financières discutables ont longtemps entravé le potentiel de développement du pays. En rassemblant ces entités influentes, cet événement s’est avéré être une démonstration concrète de la détermination du gouvernement à éradiquer ces problèmes.

Les sessions de renforcement des compétences des dirigeants des Etablissements Publics et Entreprises Publiques du Congo ont laissé une empreinte significative dans la quête d’un avenir meilleur. L’engagement affiché par des personnalités telles que l’Honorable Crispin MBINDULE et M. Jacques MUYUMBA, ainsi que la collaboration entre les divers organes gouvernementaux, a ouvert la voie vers une gouvernance plus transparente et une croissance économique durable. Ce rassemblement remarquable, au-delà de sa dimension événementielle, pourrait bien marquer le début d’un chapitre révolutionnaire dans l’histoire du Congo.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.