AccueilA la UneLe Conseil de...

Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à un arrêt immédiat des activités du M23 en République démocratique du Congo

Date : 15 octobre 2023

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a émis une demande catégorique, appelant à la cessation immédiate de toute nouvelle avancée du groupe rebelle M23 en République démocratique du Congo. Le M23 est depuis longtemps dans le collimateur des sanctions onusiennes, et le Conseil insiste sur l’impératif d’une mise en œuvre immédiate et totale des engagements en faveur du retrait du M23 de tous les secteurs qu’il occupe ainsi que de son cantonnement.

La déclaration du Conseil, émise ce lundi, ne laisse place à aucune ambiguïté et exige également l’arrêt immédiat de tout soutien extérieur au M23. Ce dernier point est d’une importance cruciale, car il met en évidence l’implication de certains acteurs internationaux dans le prolongement des hostilités dans cette région sensible.

En outre, le Conseil de sécurité condamne fermement le soutien apporté à d’autres groupes armés, notamment les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui sont également soumis à des sanctions des Nations Unies. Cette condamnation s’étend au soutien international dont bénéficient les FDLR, et le Conseil exhorte instamment à la cessation de cette aide.

La préoccupation du Conseil s’accroît à la lumière des informations contenues dans le rapport annuel du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo. Le rapport met en évidence un appui militaire externe au M23 ainsi qu’un soutien aux FDLR de la part de forces militaires, jetant ainsi une ombre sur les efforts de stabilisation dans la région.

Le Conseil de sécurité souligne l’urgence d’une retenue immédiate et appelle à l’intensification du dialogue entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Ce dialogue est vu comme un élément essentiel pour promouvoir une paix durable dans la région. Il est impératif de mettre un terme aux violences continues, aux atteintes aux droits de l’homme, notamment les exécutions sommaires, la violence sexuelle et fondée sur le genre, ainsi que le recrutement et l’utilisation d’enfants à grande échelle, qui continuent de sévir.

Sur le terrain, des affrontements ont été signalés le lundi 16 octobre, opposant les rebelles du M23 aux « Wazalendo » dans l’agglomération de Kisangani, située dans la chefferie de Bwito, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Ces violences font suite à d’autres affrontements signalés dans les villages de Bungushu, Kiyenje, Kihonga, et même Kisangani, tous situés dans la chefferie de Bwito. Selon des sources locales, le M23, tentant de réoccuper certains villages, se heurte à une résistance farouche de la part des Wazalendo.

La situation en République démocratique du Congo demeure préoccupante, et le Conseil de sécurité des Nations Unies continue de surveiller de près l’évolution de la situation. La communauté internationale est confrontée à un défi majeur dans ses efforts pour mettre fin aux conflits dans la région et promouvoir une paix durable.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...

Situation salariale : les ouvriers du centre financier réclament justice à Constant Mutamba

Les ouvriers du centre financier ont envahi le palais de la justice ce mercredi 19 juin pour réclamer justice quant à leur situation salariale. Le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Constant Mutamba, était obligé de descendre de son bureau pour écouter leurs revendications.