Félix Tshisekedi approuve les...

Lors du briefing habituel du jeudi 22 février, organisé par le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, le président Félix Tshisekedi a abordé la question critique de la fuite des capitaux dans le secteur de la sous-traitance vers l'étranger, au détriment des entrepreneurs congolais.

Des bombardements ravagent la...

La nuit du jeudi 22 février 2024 restera à jamais gravée dans les mémoires des habitants de Sake, une paisible cité de la province du Nord-Kivu, voisine de Goma. La quiétude de cette communauté a été brisée par des actes d'une violence inouïe, alors que les bombardements perpétrés par la coalition M23_RDF ont semé la terreur et le chaos.

Maisons et écoles emportées...

La province de Tanganyika, au cœur de la République Démocratique du Congo, est confrontée à une catastrophe humanitaire alors que des pluies torrentielles ont engendré des inondations dévastatrices, laissant plusieurs familles sans toit dans la région de Manono.

Félix Tshisekedi dénonce :...

Dans une déclaration qui a captivé l'attention nationale, le président Félix Tshisekedi a récemment exprimé sa préoccupation quant à l'état de la justice congolaise, la qualifiant de "malade". Cette prise de position intervient suite à l'arrestation controversée du journaliste Stanis Bujakera, figure influente sur les réseaux sociaux, accusé d'avoir publié un article qu'il n'a pas rédigé.
AccueilA la UneDésactivation des enseignants...

Désactivation des enseignants grévistes: «C’est la dictature. Même Mobutu qu’on traite de dictateur ne l’a pas fait en son temps», intersyndicale du Sud-Ubangi

Le président de l’intersyndicale des enseignants de la province du Sud-Ubangi, César Bokula, a, dans un entretien avec la presse jeudi 7 octobre dernier à Gemena, chef-lieu de la province du Sud-Ubangi, indiqué que la menace du ministre de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST), Tony Mwaba, qui annonce la désactivation des enseignants grévistes du fichier paie est restée une intimidation.

César Bokula l’a dit au sortir d’une rencontre présidée par la ministre provincial intérimaire de l’éducation du Sud-Ubangi, Marie-Thérèse Tontoa jeudi dernier à Gemena, à l’intention de gestionnaires des écoles pour restituer les résolutions des assises de la promotion scolaire à Kinshasa.

« L’enseignant n’a pas seulement les devoirs. Nous sommes dans un pays démocratique. Notre constitution reconnaît aussi la grève. Nous avons le mot d’ordre national : Écoles sans enseignants. Si le gouvernement prend en charge nos revendications, même partiellement, à ce moment-là nous pouvons allonger un peu la corde. Mais nous intimider comme ça… C’est la dictature. Même Mobutu qu’on traite de dictateur ne l’a pas fait en son temps », a déclaré, César Bokula.

Convaincu de leur action, il a appelé les enseignants du Sud-Ubangi à maintenir leur mouvement de grève jusqu’à ce que le gouvernement réponde favorablement à leurs revendications.

« Au mois de juillet, je vous rappelle, c’était un montant de 100.000 CDF qui était promis [Comme ajout, ndlr] et c’est resté irréalisable. Alors voilà ça quitte 100.000 pour arriver à 40.000 FC et demain nous allons atteindre 10.000 Fc et qui ne sera pas toujours payé. Nous voulons la concrétisation du mot du gouvernement », a-t-il poursuivi.

Signalons que dans une correspondance du secrétariat général à l’EPST signée le 6 octobre, le ministre Tony Mwaba a instruit les autorités compétentes de l’enseignement en provinces d’envoyer des équipes de contrôle pour s’imprégner de la présence physique des enseignants dans leurs établissements scolaires et de procéder, toutes affaires cessantes, à la désactivation des enseignants absents pour les remplacer par les nouvelles unités.

Une décision que l’intersyndicale des enseignants de la province du Sud-Ubangi n’entend pas de cette oreille. Son président César Bokula demande aux enseignants de cette province de passer dans leurs écoles respectives au moment opportun pour être contrôlés tout en maintenant la grève.

Il sied de rappeler que quelques enseignants du collège Boboto et du lycée Bosangani de Kinshasa, toutes des écoles conventionnées catholiques, ont été désactivés de la fiche de paie ce jeudi 7 octobre 2021 par le secrétariat général de l’EPST après une visite d’inspection organisée par le Secrétaire général ai à l’EPST, les conseillers au ministère et le Dircaba du ministre Tony Mwaba dans ces écoles dont les enseignants sont en grève depuis lundi 4 octobre, jour prévue pour la rentrée scolaire 2021-2022.

Prince Wello (Correspondant à Mbandaka)
congo-press.com

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Félix Tshisekedi approuve les efforts de Miguel Kashal à la tête de l’ARSP

Lors du briefing habituel du jeudi 22 février, organisé par le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, le président Félix Tshisekedi a abordé la question critique de la fuite des capitaux dans le secteur de la sous-traitance vers l'étranger, au détriment des entrepreneurs congolais.

Des bombardements ravagent la cité de Sake : la terreur s’abat sur les habitants

La nuit du jeudi 22 février 2024 restera à jamais gravée dans les mémoires des habitants de Sake, une paisible cité de la province du Nord-Kivu, voisine de Goma. La quiétude de cette communauté a été brisée par des actes d'une violence inouïe, alors que les bombardements perpétrés par la coalition M23_RDF ont semé la terreur et le chaos.

Maisons et écoles emportées par les eaux à Manono, Tanganyika : Une crise humanitaire imminente

La province de Tanganyika, au cœur de la République Démocratique du Congo, est confrontée à une catastrophe humanitaire alors que des pluies torrentielles ont engendré des inondations dévastatrices, laissant plusieurs familles sans toit dans la région de Manono.