AccueilA la UneDaniel Safu et...

Daniel Safu et Mike Mukebayi bannis des médias pendant 90 jours en RDC : Un pas décisif pour contrer la propagation de la haine

Dans un communiqué publié le lundi 22 mai 2023 et consulté par Bisonews.cd, une décision sans précédent a été prise par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) : les députés Daniel Safu et Mike Mukebayi se voient privés de toute apparition médiatique pendant une période de 90 jours.

Un acte fort, une mesure nécessaire pour freiner la propagation de la haine et de la division au sein de la République démocratique du Congo. Les deux élus ont été accusés d’avoir alimenté un discours toxique et d’avoir incité à la violence envers une tribu spécifique.

Leur attitude lors d’une émission spéciale, intitulée « Libre-débat », a franchi toutes les limites de l’éthique journalistique, mettant en danger la cohésion nationale et l’harmonie entre les communautés congolaises. Le journaliste Louis-France Kuzikesa, en offrant une tribune à ces déclarations haineuses, a également joué un rôle dans cette triste affaire.

Face à cette situation préoccupante, le CSAC exhorte les chambres parlementaires compétentes à prendre des mesures disciplinaires fermes pour dissuader toute récidive de tels actes délictueux dans les médias. Parallèlement, le CSAC demande aux autorités judiciaires de traiter rapidement ces infractions conformément à l’article 74 de la loi organique n°11/001 du 10 janvier 2021 régissant son fonctionnement.

En signe de solidarité avec cette décision historique, tous les médias opérant en République démocratique du Congo sont appelés à respecter scrupuleusement la consigne de ne pas donner la parole aux deux députés sanctionnés pendant cette période. C’est un pas décisif vers la réaffirmation des valeurs démocratiques et de la coexistence pacifique dans notre nation.

Cette interdiction médiatique vise à limiter l’influence néfaste de ceux qui utilisent la parole publique pour semer la discorde et la violence. C’est une action essentielle pour préserver l’intégrité de notre société congolaise, favoriser la réconciliation et promouvoir un dialogue constructif entre toutes les communautés.

La lutte contre la haine et la désinformation est un défi majeur auquel nous devons faire face en tant que nation. Le CSAC est déterminé à assumer pleinement son rôle de régulateur des médias et à garantir que les valeurs fondamentales de la démocratie et du respect mutuel soient préservées.

En bannissant Daniel Safu et Mike Mukebayi des médias, nous envoyons un message fort : personne n’est au-dessus des principes qui régissent notre société. La liberté d’expression doit s’exercer dans le respect des autres et dans l’intérêt supérieur de la paix et de l’unité nationale.

Cette décision marque un tournant dans la lutte contre la haine dans les médias en RDC. Elle témoigne de notre volonté

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.