AccueilA la UneMort de Chérubin...

Mort de Chérubin Okende : La famille demande des experts internationaux pour l’autopsie

Dans le cadre de l’enquête sur le décès tragique de Chérubin Okende, la famille du défunt a exprimé ses préoccupations quant à la tenue de l’autopsie. Dans un courrier adressé au Procureur de la République près le Parquet de grande instance de Kinshasa Gombe, daté du 27 juillet, la famille a formulé des préalables pour garantir l’intégrité et la transparence du processus.

Le courrier de la famille souligne d’emblée leur volonté de coopérer pleinement avec le Parquet dans le cadre de l’autopsie à réaliser. Ils reconnaissent l’importance de cette démarche pour faire la lumière sur les circonstances exactes du décès de Chérubin Okende et permettre à la justice de suivre son cours.

Cependant, la famille a insisté sur la nécessité de connaître l’identité des médecins légistes qui seront chargés de mener l’autopsie. Ils souhaitent également être informés de leur domaine de compétence, afin d’être assurés de la fiabilité et de l’expertise des professionnels impliqués.

Pour garantir l’objectivité des conclusions de l’autopsie, la famille de Chérubin Okende a émis une demande spécifique. Ils exigent la participation de médecins légistes de la MONUSCO, la mission de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo. En outre, ils souhaitent que des médecins légistes provenant d’au moins trois pays étrangers interviennent dans le processus, conformément à ce qui a été annoncé par le Gouvernement de la République.

Cette demande de pluralité d’experts internationaux vise à éviter toute suspicion de partialité et à garantir que les conclusions de l’autopsie soient en adéquation avec la réalité des faits. La famille considère qu’une telle démarche renforcera la crédibilité du processus d’enquête et permettra une analyse approfondie et impartiale des éléments recueillis.

Dans l’attente d’une réponse officielle du représentant du Parquet, les avocats de la famille expriment leur confiance dans la diligence habituelle des autorités judiciaires. Ils espèrent que leurs préoccupations seront prises en compte et que leur demande d’une autopsie internationale sera respectée.

Ce triste événement a suscité une vive émotion dans le pays, et la famille de Chérubin Okende reste déterminée à obtenir justice pour leur proche disparu. L’enquête en cours, associée à une autopsie rigoureuse et impartiale, permettra, espèrent-ils, de faire la lumière sur cette affaire et d’apporter des réponses à leurs questions, tout en honorant la mémoire de Chérubin Okende.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.