De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilA la UneRévélation choquante :...

Révélation choquante : Les FDLR présents au sein de la force spéciale à Kinshasa et Lubumbashi, le gouvernement réagit

Dans un développement qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC), des allégations graves ont émergé concernant la présence des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) au sein même de la force spéciale opérant à Kinshasa et Lubumbashi. Corneil Nangaa, une figure éminente, a confirmé détenir des preuves substantielles étayant ses déclarations.

Cependant, la révélation de Nangaa n’est pas passée inaperçue. Le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a qualifié ces allégations de « d’une extrême gravité ». Toutefois, la controverse ne s’arrête pas là. Le gouvernement réfute fermement les accusations portées par Nangaa, dépeignant ses propos comme un « subterfuge et une esquive étonnante« . Muyaya a suggéré que Nangaa ne maîtrise qu’une perspective superficielle du sujet, une prémisse sans fondement sur laquelle reposeraient ses allégations.

Nangaa ne s’est pas retenu de répondre, soulignant que les propos avancés par le gouvernement étaient rigoureusement documentés et étayés par des preuves tangibles. Dans un climat où la manipulation de la justice pour réprimer l’opposition politique est dénoncée, il n’a pas manqué de noter que l’évocation de poursuites à son encontre était une tentative pour discréditer ses déclarations. Il a souligné que la justice, censée être un pilier de la démocratie, était parfois utilisée comme un « instrument de répression », un moyen de faire taire la vérité, les contradictions et les revendications démocratiques au sein de l’Union Sacrée pour la Nation, le mouvement politique en cours.

L’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), désormais politicien actif, a conclu sa réaction en mettant en garde contre l’utilisation abusive du pouvoir. « En démocratie », a-t-il noté, « nous devrions nous inspirer des enseignements du passé pour résoudre les complexités du présent. Il est crucial de rester vigilant car le cours de l’histoire peut changer, et la force actuelle n’est pas nécessairement éternelle. »

Ces révélations ont envoyé des ondes de choc à travers les cercles politiques et la population congolaise, mettant en lumière les dynamiques complexes et les enjeux cruciaux en jeu. Les FDLR sont depuis longtemps une préoccupation régionale majeure, et si les allégations de leur implication dans la force spéciale s’avèrent vraies, cela pourrait avoir des conséquences majeures non seulement pour la sécurité intérieure du pays, mais aussi pour les relations avec les nations voisines.

La vérité derrière ces allégations reste à déterminer, mais elles ont déjà catalysé un débat féroce et une profonde introspection au sein de la société congolaise. Alors que le pays continue de naviguer dans un climat politique et sécuritaire complexe, l’importance de la transparence, de la responsabilité et du respect des principes démocratiques devient encore plus cruciale.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.