AccueilA la UneRemise en cause...

Remise en cause des résultats de l’examen d’état 2023 par le Lycée Boyokani : appel à la transparence

KINSHASA – Une onde de contestation se répand à travers la communauté éducative alors que le Lycée Boyokani élève la voix contre les résultats de cette année de l’Examen d’État. L’établissement remet en question la crédibilité de ces résultats, invoquant de multiples irrégularités techniques qui jettent des doutes sur le sérieux du processus de correction mené par le Centre National. Une lettre adressée à Monsieur l’Inspecteur Général met en lumière ces inquiétudes persistantes.

Dans un recours formel et préoccupant déposé auprès de l’autorité compétente, le Lycée Boyokani exprime sa consternation face aux résultats publiés de l’Examen d’État 2023. Cette contestation ne se limite pas seulement à une remise en question des performances de ses élèves, mais s’articule autour d’une série de découvertes troublantes.

Au cœur de cette controverse se trouvent des irrégularités techniques troublantes, qui remettent en question l’intégrité même du processus de correction. Des anomalies dans les numéros matricules des candidats ont été identifiées, mettant en lumière des correspondances erronées avec des identités de l’année précédente ou même avec des individus inconnus. Parmi les exemples flagrants, citons le cas de NDELELA MUNSENSE Merdi, dont le numéro matricule 12023301010212, attribué à la section Commerciale et Gestion, renvoie à l’identité de MBANGA NTEMO, un élève de l’année précédente. De même, le code 12025101010422, associé à la section Latin-Philo et portant le nom de SHOKA KINSHIERE, révèle l’identité de NGAMANGELE SIFA.

Ces anomalies choquantes soulèvent des interrogations profondes quant à la gestion rigoureuse et transparente de l’Examen d’État par le Centre National de correction. Le Lycée Boyokani ne se limite pas à la dénonciation de ces problèmes techniques, mais pointe également du doigt la fiabilité des résultats attribués à ses élèves. L’établissement s’interroge sur la sincérité des performances annoncées, compte tenu du niveau académique établi de ses étudiants.

La lettre adressée à Monsieur l’Inspecteur Général appelle à une intervention diligente pour éclaircir cette situation déconcertante. Le Lycée Boyokani mise sur la bienveillance des autorités compétentes pour apporter des réponses tangibles à ces préoccupations majeures. La transparence et la justice dans le traitement des résultats de l’Examen d’État sont cruciales pour préserver l’intégrité du système éducatif et maintenir la confiance des élèves et de leurs parents.

En conclusion, la contestation du Lycée Boyokani ouvre un débat essentiel sur la crédibilité et la fiabilité du processus de correction de l’Examen d’État 2023. La nécessité d’une enquête approfondie et impartiale est manifeste, afin d’apporter des clarifications nécessaires et de garantir l’équité envers tous les candidats. Le devenir éducatif de milliers d’élèves est en jeu, exigeant une réponse rapide et transparente des instances responsables.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Vers une réforme pour mieux encadrer le secteur minier et pétrolier

Face à l'impact croissant de la fraude dans les secteurs minier et pétrolier, le gouvernement congolais envisage des réformes significatives pour sécuriser ses recettes et soutenir les projets de développement. Lors d'une récente réunion, le ministre de l'Économie nationale, Daniel Mukoko Samba, a détaillé les nouvelles stratégies mises en place pour remédier aux pertes financières liées à ces pratiques.

RDC : Interdiction temporaire des importations de bières et boissons gazeuses pour renforcer l’industrie locale

Le gouvernement congolais, par l'intermédiaire du ministre du Commerce extérieur, Julien Paluku, a instauré une interdiction temporaire de l'importation des bières et boissons gazeuses. Cette mesure, effective à partir du 26 juin pour une durée de 12 mois, marque une étape importante dans la politique économique visant à promouvoir la production locale.

Prison centrale de Makala : plus de 15 000 détenus pour une capacité de 1 500

La prison centrale de Makala, située à Kinshasa, est le théâtre de conditions de détention préoccupantes. Conçue pour accueillir 1 500 personnes, elle abrite aujourd'hui plus de 15 000 détenus, une situation qui exacerbe la surpopulation et engendre des...