AccueilA la UneFinancement du terrorisme...

Financement du terrorisme en RDC : Le CAMI envisage le retrait des droits miniers associés à Corneille Naanga

Le Président du Conseil d’Administration du Cadastre Minier (CAMI), Crispin Mbindule, a récemment annoncé une démarche inédite visant à retirer les droits miniers de certaines entreprises accusées de financer le mouvement terroriste M23 au nom de Corneille Naanga.

Dans une série d’entretiens exclusifs accordés à ACTUALITE.CD, TOP Congo et 7sur7.CD, Crispin Mbindule a exprimé son inquiétude face à la possibilité que les richesses de la République démocratique du Congo soient exploitées à des fins contraires à l’intérêt du peuple congolais. Selon lui, certaines sociétés opérant dans la province de Haut-Uélé sont soupçonnées de participer au financement du M23 sous la gestion présumée de Corneille Naanga.

« Nous avons des informations selon lesquelles Naanga finance le mouvement terroriste M23 à travers certaines sociétés opérant dans la province de Haut-Uélé. Le Cadastre Minier mène des investigations pour identifier ces sociétés et propose de retirer leurs droits miniers », a déclaré Crispin Mbindule, PCA du CAMI.

Le PCA du CAMI a annoncé une prochaine révélation des noms des sociétés impliquées, affirmant que le CAMI proposera au Ministère des Mines le retrait de leurs droits miniers. Mbindule a souligné l’inadmissibilité du fait que Corneille Naanga puisse utiliser les ressources nationales à l’encontre du peuple congolais.

Contexte

Des sources d’ACTUALITE.CD révèlent que plusieurs sociétés détenant des droits miniers d’exploitation aurifère dans la province du Haut-Uélé appartiendraient à Corneille Naanga, utilisant des intermédiaires pour masquer sa participation. Ces revenus serviraient au financement du M23, un mouvement terroriste.

Corneille Nangaa, ancien président de la CENI, a récemment lancé son parti politique, l’Action pour la dignité du Congo et de son peuple (ADCP). Dans ses discours de lancement, Nangaa a dressé un tableau sombre de la situation socio-économique du pays.

Le 15 décembre, Corneille Nangaa a lancé « Alliance Fleuve Congo » depuis Nairobi, au Kenya. Cette coalition, comprenant le M23, vise la refondation de l’État et le rétablissement de la paix en RDC. Malgré le manque de détails sur la structure et le fonctionnement de l’organisation, Nangaa a appelé à l’union de toutes les forces politiques, sociales et militaires du pays.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.