AccueilA la UneLa production de...

La production de semoule de Maïs à Kisangani : Une Initiative pour valoriser les forêts dégradées

Par Horty Kamete, la correspondante de la ville de Kisangani

Kisangani, RDC – Ce mardi 4 octobre, une étape cruciale dans le domaine de l’agriculture a été franchie dans la ville de Kisangani. Les membres de la COCUCT, en collaboration avec une entreprise locale, ont entamé la production de semoule de maïs. C’est un projet d’envergure qui promet de contribuer à la sécurité alimentaire de la région, tout en s’inscrivant dans le cadre plus vaste de la valorisation des forêts dégradées de la République démocratique du Congo (RDC).

Monsieur Dominique Kasimba, coordonnateur de la COCUCT, a partagé cette nouvelle lors d’une déclaration officielle. Il a souligné que cette récente initiative était le fruit d’un travail acharné et d’une vision commune. Une nouvelle minoterie, avec une capacité de production de 4 à 5 tonnes par jour, a été mise en place pour soutenir cette entreprise. Les membres de la coopérative ont consacré leurs efforts à la culture de maïs hybride sur une superficie totale de 300 à 400 hectares pendant la saison B, avec des rendements pouvant atteindre 6 tonnes par hectare. Le but ultime de cette entreprise est de répondre aux besoins alimentaires en priorité de la population locale à Kisangani, puis de s’étendre jusqu’à la capitale, Kinshasa.

Le coordonnateur de la COCUCT, Dominique Kasimba, a insisté sur le fait que cette initiative s’inscrit parfaitement dans l’élargissement du projet du gouvernement central, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et d’autres acteurs majeurs du secteur agricole. Ce projet ambitieux vise avant tout à valoriser les forêts dégradées en RDC, un enjeu environnemental et économique crucial pour le pays.

Ce projet de production de semoule de maïs est bien plus qu’une simple entreprise agricole. Il s’agit d’une étape importante vers la promotion de l’agriculture durable et de la sécurité alimentaire dans la région. En mettant l’accent sur la culture du maïs hybride, les agriculteurs locaux contribuent non seulement à la disponibilité d’une denrée alimentaire de base, mais aussi à l’amélioration des techniques agricoles et à la diversification des cultures.

Cette initiative est également en phase avec les efforts nationaux et internationaux visant à lutter contre la déforestation et à promouvoir une exploitation forestière durable. En valorisant les forêts dégradées, ce projet contribue à la préservation de la biodiversité et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, ce qui est essentiel pour l’avenir de notre planète.

En conclusion, la production de semoule de maïs à Kisangani est bien plus qu’une simple entreprise agricole. C’est une étape historique vers un avenir plus durable et plus prospère pour la RDC. Cette initiative mérite d’être saluée pour son impact positif sur l’environnement et la sécurité alimentaire, et elle incite à l’optimisme quant à l’avenir de la région.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.