AccueilA la UneL'Assemblée nationale accuse...

L’Assemblée nationale accuse le fils de Museveni d’avoir trahi la RDC et annonce la suspension du processus de ratification des accords signés avec l’Ouganda

C’est la suite des conséquences de la guerre du M23 contre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) qui a conduit à la conquête de nombreux villages et la cité frontalière de Bunagana (territoire de Rutshuru) au Nord-Kivu). L’Assemblée nationale qui examine le projet de loi d’habilitation pour permettre au gouvernement de légiférer pendant la période des vacances parlementaires a annoncé à la surprise de l’opinion de grandes mesures parmi lesquelles, la suspension de la ratification des accords avec l’Ouganda. Pour cause, la chambre basse du Parlement congolais a estimé que « Kampala a trahi Kinshasa en signant des accords avec Kigali ».

Pour la RDC, l’Ouganda tout comme le Rwanda ne sont pas des partenaires crédibles pour la RDC. Selon le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, la suspension de la ratification du projet de ratification des accords signés avec l’Ouganda est soutenue par des nombreux députés nationaux.

« Ce dossier-là nous a été déjà transmis. Nous l’avons bloqué au niveau du bureau, nous avons dit : il ne passe pas (…) « , a dit Christophe Mboso, Président de l’Assemblée nationale, s’adressant aux élus nationaux lors de la plénière de ce mardi 14 juin 2022.

M. Mboso pointe du doigt le comportement du fils du président ougandais, Yoweri Museveni qui, dans une série de tweets, a réitéré son soutien à Paul Kagame alors que le M23 qui est soutenu par Kigali, selon Kinshasa, mène des attaques dans le territoire de Rutshuru. 

 » Nous nous sommes entretenus avec le ministre des Affaires étrangères. D’ailleurs, il est d’accord avec nous, avant même que ceci nous arrive, avant que ces troupes fassent ce qu’ils ont fait, nous avons dit à la suite du pacte que le fils de Museveni a signé avec le Rwanda, nous ne laissons pas passer cet accord. Il nous a montré qu’il avait signé son pacte, il vient de nous trahir. Nous avons dit, nous n’acceptons pas « . 

Parmi les récents accords signés avec l’Ouganda, il y a notamment ceux devant aboutir à la construction et la modernisation de 1 182 kilomètres de réseau routier principal reliant les deux pays. Ce projet se déroule par étape. La première concerne 223 kilomètres de routes prioritaires pour un coût estimé à 335 millions USD. Trois parties se sont engagées à financer cette première étape. L’Ouganda et la RDC contribueraient à hauteur de 20% chacun et Dott Services, l’entreprise de mise en œuvre va couvrir les 60% restants (201 millions). Kampala a déjà autorisé le décaissement de 66 millions, alors que Kinshasa ne s’est toujours pas prononcé sur les premiers décaissements alors que le projet a été officiellement lancé en juin 2021 par Yoweri Museveni et Félix Tshisekedi.

Clément Muamba actualité.cd

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Vers une réforme pour mieux encadrer le secteur minier et pétrolier

Face à l'impact croissant de la fraude dans les secteurs minier et pétrolier, le gouvernement congolais envisage des réformes significatives pour sécuriser ses recettes et soutenir les projets de développement. Lors d'une récente réunion, le ministre de l'Économie nationale, Daniel Mukoko Samba, a détaillé les nouvelles stratégies mises en place pour remédier aux pertes financières liées à ces pratiques.

RDC : Interdiction temporaire des importations de bières et boissons gazeuses pour renforcer l’industrie locale

Le gouvernement congolais, par l'intermédiaire du ministre du Commerce extérieur, Julien Paluku, a instauré une interdiction temporaire de l'importation des bières et boissons gazeuses. Cette mesure, effective à partir du 26 juin pour une durée de 12 mois, marque une étape importante dans la politique économique visant à promouvoir la production locale.

Prison centrale de Makala : plus de 15 000 détenus pour une capacité de 1 500

La prison centrale de Makala, située à Kinshasa, est le théâtre de conditions de détention préoccupantes. Conçue pour accueillir 1 500 personnes, elle abrite aujourd'hui plus de 15 000 détenus, une situation qui exacerbe la surpopulation et engendre des...