Le Burundi accuse le...

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds...

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à...

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.

RDC : Stabilité et...

En République démocratique du Congo, l'évolution récente de l'économie nationale soulève des interrogations et espoirs dans un contexte mondial incertain, marqué par des défis géopolitiques et environnementaux persistants. Lors de la dernière réunion du conseil des ministres, la gouverneure de la Banque centrale du Congo, Malangu Kabedi, a partagé des nouvelles significatives sur la situation économique actuelle du pays, reflétant les adaptations et les défis auxquels l'économie congolaise est confrontée.
AccueilA la UneFusillade à Goma...

Fusillade à Goma : Deux officiers de la garde Républicaine placés en détention

Goma, 4 septembre 2023 – La fusillade tragique survenue dans l’est de la République démocratique du Congo, ayant entraîné la perte de 43 vies précieuses parmi les adeptes d’une secte opposée aux Nations Unies, a pris un nouveau tournant avec la mise à disposition du parquet militaire de Goma de deux hauts officiers de la Garde républicaine. Cette décision, annoncée ce lundi par le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Peter Kazadi, fait suite à une série d’auditions approfondies impliquant le Gouverneur militaire, les Commandants de la zone de défense, la police, les chefs de l’Agence nationale des renseignements (ANR) et de la Direction générale de migration (DGM), ainsi que plusieurs responsables militaires.

Les individus en question sont le commandant de la brigade interarmées, le colonel Mike Mikombe de la Garde républicaine, et le commandant du 19ème régiment, le colonel Bawili. Placés en détention, ils seront soumis à un procès dans les heures à venir, selon les déclarations du vice-Premier ministre Kazadi.

Cette décision émane d’une délégation gouvernementale dirigée par M. Peter Kazadi, qui avait pour mission de faire toute la lumière sur les événements tragiques de Goma, dans la province du Nord-Kivu, survenus mercredi dernier. Vendredi, le président Félix Tshisekedi avait exprimé sa consternation et sa colère face à l’utilisation de la force par les forces de sécurité pour disperser des adeptes d’un groupe mystico-religieux. Ce groupe réclamait le départ de la mission de l’ONU, des organisations humanitaires occidentales et de la force régionale africaine, selon les autorités locales. Le gouvernement a rapporté un bilan de 43 personnes tuées, dont un policier qui aurait été « lapidé à mort » par les adeptes, lesquels avaient ensuite saisi son arme.

Cette tragédie a poussé les autorités de l’état de siège, une mesure exceptionnelle octroyant aux forces militaires et policières le pouvoir de gouverner les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, à mobiliser l’armée afin de rétablir le calme. Goma, la capitale du Nord-Kivu, reste sous la menace persistante des terroristes du M23, qui bénéficient du soutien de l’armée rwandaise.

Ces insurgés ont pris le contrôle de plusieurs localités du Nord-Kivu, notamment la cité douanière de Bunagana, située à la frontière du Rwanda et de l’Ouganda. Dans un rapport alarmant, des experts de l’ONU ont accusé la coalition M23-armée rwandaise de commettre des exactions contre les civils, contraignant des milliers d’entre eux à quitter leur foyer.

Le M23, vaincu par l’armée congolaise et les Casques bleus en 2013, avait trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda avant de reprendre les hostilités contre les forces armées congolaises. Pendant près de trois décennies, l’est de la République démocratique du Congo a été en proie à la déstabilisation, avec plus d’une centaine de groupes armés locaux et étrangers actifs, soutenus par des pays voisins cherchant à exploiter les ressources naturelles, notamment le coltan, l’or, le cacao, et le bois, entre autres.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Le Burundi accuse le Rwanda de soutenir des actes de violence sur son territoire

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds des péages vers la défense : Jean-Pierre Bemba au cœur d’une polémique

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à Goma : Une nuit d’horreur pour trois jeunes

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.