AccueilA la UneManifestation sanglante à...

Manifestation sanglante à Goma : des rapports contradictoires sur le nombre de morts

Goma, le 30 Août 2023 – Une opération militaire visant à contenir une manifestation antigouvernementale s’est transformée en un drame sanglant dans la ville de Goma, en République démocratique du Congo (RDC), le 30 août 2023. Les rapports sur le nombre de victimes varient considérablement, suscitant des préoccupations et des questions sur le déroulement de l’opération et la transparence des informations officielles.

Selon des sources locales et un rapport confidentiel de l’armée consulté par l’Agence France Presse, le bilan humain s’élève à « au moins 48 civils tués » et « 75 blessés » parmi les manifestants, avec le triste ajout d’un policier décédé. Cependant, d’autres sources, notamment Radio France Internationale (RFI), suggèrent que le nombre de décès pourrait être bien plus élevé. RFI fait état d’au moins « 7 personnes tuées », remettant ainsi en question la version officielle du gouvernement.

Ces divergences dans les chiffres soulèvent des inquiétudes quant à la manière dont l’opération a été menée et dont les informations sont communiquées au public. Le gouvernement a publié des données qui contredisent les évaluations indépendantes, semant ainsi le doute sur la véracité des informations officielles. Les témoignages de témoins oculaires et les rapports de médias locaux soulignent également un écart troublant entre les récits officiels et la réalité sur le terrain.

Le contexte de cette tragédie remonte à une manifestation contre l’Organisation des Nations Unies (ONU), organisée par des citoyens mécontents de la présence de l’ONU dans la région. Les manifestations pacifiques ont rapidement dégénéré en affrontements violents entre les manifestants et les forces de sécurité. Les images et les vidéos qui ont émergé de l’événement montrent des scènes de chaos, avec des nuages de gaz lacrymogène et des tirs de balles en caoutchouc.

Le gouvernement insiste sur la nécessité de maintenir l’ordre et la sécurité, affirmant que les forces de sécurité ont agi en légitime défense face à une foule de plus en plus agressive. Cependant, les critiques font valoir que l’usage excessif de la force a conduit à une tragédie évitable et remettent en question la réponse proportionnée des autorités.

En fin de compte, alors que les familles pleurent leurs proches et que la communauté internationale surveille de près la situation, une question reste cruciale : quelle version des événements reflète la vérité? Alors que les enquêtes se poursuivent et que les preuves sont examinées, la quête de la vérité et de la justice reste au cœur des préoccupations.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Les nouveaux sénateurs du Nord-Kivu exhortés à agir pour la paix dans la province

Les acteurs de la société civile et les organisations de jeunesse du Nord-Kivu attendent des sénateurs fraîchement élus de cette province une prise de position ferme et des actions concrètes pour rétablir la paix...

Reprise des combats entre les FARDC et le M23 à rutshuru

Les affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont repris avec intensité ce lundi 27 mai dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu...

L’ARSP appelle la Gécamines à faciliter la recommandation de plus de 20 entreprises à TFM

Lundi 27 mai, l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a exhorté la GECAMINES à ne pas entraver la recommandation de plus de 20 entreprises à Tenke Fungurume Mining (TFM).